Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Neuf enfants et deux mères libérés de la captivité du Hamas au 4e jour de la trêve

Le Qatar annonce un accord pour prolonger la trêve de deux jours supplémentaires * L'otage libérée Elma Avraham dans un état critique * Musk visite un kibboutz ravagé

  • Les otages israéliens libérés le 27 novembre 2023 : En haut, de gauche à droite : Sharon Aloni Cunio et ses enfants Emma et Yuli, ses frères et sœurs Sahar et Erez Calderon ; en bas : Karina Engel-Bart et ses enfants Mika et Yuval, ses frères et sœurs Yagil et Or Yaakov, et Eitan Yahalomi. (Photos : autorisations ; montage : Times of Israel)
    Les otages israéliens libérés le 27 novembre 2023 : En haut, de gauche à droite : Sharon Aloni Cunio et ses enfants Emma et Yuli, ses frères et sœurs Sahar et Erez Calderon ; en bas : Karina Engel-Bart et ses enfants Mika et Yuval, ses frères et sœurs Yagil et Or Yaakov, et Eitan Yahalomi. (Photos : autorisations ; montage : Times of Israel)
  • Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
    Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
  • Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
    Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
  • Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
    Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
  • Tali Amano, à gauche, parlant depuis l’hôpital Soroka de Beer Sheva de l'état de sa mère Elma Avraham, à droite, qui se trouve dans un état critique après avoir été libérée des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
    Tali Amano, à gauche, parlant depuis l’hôpital Soroka de Beer Sheva de l'état de sa mère Elma Avraham, à droite, qui se trouve dans un état critique après avoir été libérée des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
  • Les premières heures d'Avigail Idan en compagnie de sa famille : sa tante Liron, son oncle Zuli, ses grands-parents Shlomit et Eitan, à l'hôpital pour enfants Schneider le 27 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider)
    Les premières heures d'Avigail Idan en compagnie de sa famille : sa tante Liron, son oncle Zuli, ses grands-parents Shlomit et Eitan, à l'hôpital pour enfants Schneider le 27 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider)
  • Des Israéliens participent à un rassemblement le 25 novembre 2023 sur la place des Otages à Tel Aviv, en attendant la libération du deuxième groupe d'otages de Gaza dans le cadre d'un accord avec le Hamas. (Crédit : Arielle Skladman)
    Des Israéliens participent à un rassemblement le 25 novembre 2023 sur la place des Otages à Tel Aviv, en attendant la libération du deuxième groupe d'otages de Gaza dans le cadre d'un accord avec le Hamas. (Crédit : Arielle Skladman)
  • Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
    Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Israël approuve une liste de 50 prisonnières palestiniennes susceptibles d’être libérées

Le gouvernement a approuvé ce soir une liste de 50 prisonnières palestiniennes susceptibles d’être libérées rapidement dans le cadre d’un accord visant à prolonger la trêve temporaire avec le Hamas à Gaza et à assurer la libération de près de 20 autres Israéliens retenus en otage par le groupe terroriste palestinien depuis le 7 octobre.

Le bureau du Premier ministre a indiqué dans une brève déclaration, vers minuit, que le gouvernement avait approuvé la liste « si d’autres otages israéliens venaient à être libérés ».

La trêve sera prolongée de deux jours, comme l’ont confirmé le Qatar et les États-Unis.

Dans le cadre de l’accord de trêve initial, qui devait expirer demain (mardi) matin, Israël a accepté d’interrompre son opération militaire à Gaza pendant quatre jours et a déclaré qu’il libérerait trois prisonniers de la sécurité palestinienne pour chaque otage libéré de Gaza.

Depuis vendredi, 39 Israéliens et 117 Palestiniens ont été libérés, et 11 autres otages israéliens et 33 Palestiniens devraient l’être dans le courant de la journée de lundi.

À la suite de négociations parallèles menées par le Qatar, 17 Thaïlandais, un Philippin et un ressortissant russe et israélien ont également été libérés par le Hamas.

« Joie incomplète » pour les avocats d’Erez et Sahar Kalderon et d’Eitan Yahalomi

Erez et Sahar Calderon, portés-disparus, avec leur père Ofer Calderon, qui aurait été pris en otage par le Hamas, le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Erez et Sahar Calderon, portés-disparus, avec leur père Ofer Calderon, qui aurait été pris en otage par le Hamas, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Trois mineurs franco-israéliens ont été libérés lundi soir par le Hamas, au sein d’un groupe de onze arrivés en Israël, mais la « joie est incomplète », le père de deux d’entre eux étant notamment encore « aux mains » du groupe terroriste islamiste palestinien, ont commenté leurs avocats.

Erez et Sahar Kalderon, 12 et 16 ans, ainsi qu’Eitan Yahalomi, 12 ans, sont arrivés en Israël dans le cadre de l’accord de trêve avec le groupe terroriste islamiste palestinien. Ils avaient été pris en otage le 7 octobre lors de l’attaque du Hamas dans le sud d’Israël.

Les avocats de la famille Kalderon ont fait état de leur « immense joie », après avoir appris qu’ils sont « désormais libres et en territoire israélien ».

« Cependant c’est une joie qui est incomplète », parce que le père d’Erez et Sahar « à cette heure reste aux mains du Hamas », a précisé Me Patrick Klugman dans un entretien.

Bat Sheva Yahalomi, tenant une photo de son fils de 12 ans, Eitan, dont elle pense qu’il a été emmené en captivité à Gaza le 7 octobre 2023. (Autorisation)

« Il reste trop d’otages détenus par le Hamas et cette situation doit continuer de nous mobiliser », a-t-il poursuivi.

« Nous restons pleinement mobilisés pour obtenir la libération d’Elya Toledano et Mia Shem », deux autres Franco-israéliens dont le sort reste suspendu au « marchandage » du Hamas qui rend l’attente « insoutenable » pour leurs proches, a ajouté Me Sacha Ghozlan.

Nouvelle attaque au cocktail Molotov à Montréal contre un centre juif

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'adresse au parlement canadien à Ottawa, le 24 mars 2023. (Crédit : Mandel Ngan/Pool via AP)
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s'adresse au parlement canadien à Ottawa, le 24 mars 2023. (Crédit : Mandel Ngan/Pool via AP)

Un centre communautaire juif de Montréal a été la cible d’un cocktail Molotov dans la nuit de dimanche à lundi, une attaque qualifiée d' »inacceptable » par le Premier ministre du Canada Justin Trudeau sur fond de montée des actes antisémites depuis le 7 octobre.

« Personne ne se trouvait sur place et les dommages sont minimes », a expliqué dans un communiqué Saul Emanuel, le directeur général du centre attaqué (le Conseil de la communauté juive), déplorant toutefois des « odieuses attaques violentes et répétées ».

Après avoir cassé la vitre de la porte d’entrée, le cocktail s’est écrasé dans le vestibule, brûlant une partie du tapis.

« Ces actes continus de violence antisémite sont déplorables et inacceptables et doivent cesser maintenant », a déclaré Justin Trudeau sur X (anciennement Twitter).

Plus tôt ce mois-ci, deux écoles juives de la métropole québécoise ont été la cible de tirs, dont l’une d’elles à deux reprises, sans faire de blessés. Des cocktails Molotov ont également touché une synagogue.

Au début de la semaine, un établissement juif de Montréal a été vandalisé avec des graffitis antisémites.

« Montréal est une ville de paix et d’inclusion. Elle doit le demeurer et nous nous en assurerons », a réagi Valérie Plante, la maire de Montréal, également sur X.

La semaine dernière, la police de Toronto mettait en garde contre une hausse importante des crimes racistes dans la métropole canadienne, notamment des actes antisémites, depuis le 7 octobre, date de l’attaque sanglante du Hamas sur le sol israélien depuis la bande de Gaza.

« Immense soulagement » pour Colonna après la libération des trois mineurs Franco-israéliens

La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a confié lundi son « immense soulagement » après la libération des trois mineurs Franco-israéliens, rappelant que « la priorité numéro 1 de la France » était « de faire libérer tous nos compatriotes » encore aux mains du groupe terroriste islamiste palestinien.

« Nous retrouvons, nous aussi France, trois de nos enfants, Eitan, Erez et Sahar, qui ont été lâchement pris en otage et qui sont enfin libres », s’est réjouie la cheffe de la diplomatie française sur BFMTV, ajoutant que la France « ne relâchera pas ses efforts » jusqu’à ce que « tous les otages », notamment « cinq Français disparus » retrouvent la liberté.

La Croix-Rouge n’a pas encore vu les otages encore détenus à Gaza

Un convoi de la Croix-Rouge transportant des otages israéliens se dirigeant vers l'Égypte depuis la bande de Gaza au poste frontière de Rafah, le 26 novembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
Un convoi de la Croix-Rouge transportant des otages israéliens se dirigeant vers l'Égypte depuis la bande de Gaza au poste frontière de Rafah, le 26 novembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)

Bien que les responsables israéliens et américains aient insisté sur le fait que l’accord de cessez-le-feu temporaire en cours entre Israël et le Hamas comprenait une clause exigeant que la Croix-Rouge rende visite aux otages qui n’ont pas été libérés au quatrième jour du cessez-le-feu temporaire, aucune visite de ce type n’a été signalée.

La Croix-Rouge a refusé à plusieurs reprises de confirmer qu’elle avait été informée de cette clause de la trêve, mais insiste sur le fait qu’elle rendra visite aux otages si les deux parties en conviennent.

Le Hamas n’a pas encore confirmé publiquement avoir accepté de telles visites et n’a jamais autorisé la Croix-Rouge à rendre visite aux personnes qu’il a enlevées.

Interrogé pour savoir si la Croix-Rouge a pu rendre visite aux otages, un porte-parole de l’agence humanitaire renvoie le Times of Israel à des déclarations antérieures affirmant que son personnel le ferait si les deux parties l’approuvaient.

Aucune information sur la libération annoncée de six otages thaïlandais

Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)

Les médias égyptiens avaient annoncé que le Hamas allait libérer six autres otages thaïlandais aujourd’hui, mais aucun responsable israélien, du Hamas, du Qatar, de l’Égypte ou des États-Unis n’a fait de déclaration officielle à ce sujet.

Le Hamas diffuse une vidéo de propagande censée montrer sa bienveillance face aux otages

Vidéo de propagande du Hamas montrant la libération d'otages à Gaza le 27 novembre 2023. (Capture d'écran/X)
Vidéo de propagande du Hamas montrant la libération d'otages à Gaza le 27 novembre 2023. (Capture d'écran/X)

Comme il l’a fait chaque jour depuis le début de la trêve jusqu’à présent, le Hamas publie une nouvelle vidéo de propagande censée montrer comment il traite les otages avec bienveillance, alors qu’il les libère après plus de 50 jours de captivité.

La vidéo d’aujourd’hui montre également les otages libérés saluant les combattants du Hamas. Hier, le monteur de la vidéo de propagande du Hamas semble avoir accidentellement oublié de supprimer la voix du terroriste qui ordonne aux otages de les saluer de la main, ce qui montre que les personnes enlevées libérées sont toujours sous la contrainte.

Berlin salue la libération de 11 otages dont deux adolescents allemands

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a salué lundi la libération de onze otages, dont « deux adolescents allemands » dans le cadre de l’accord de trêve entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien Hamas.

« Après 52 jours de souffrance et de désespoir, leur mère peut les prendre à nouveau dans les bras. Je pense aux familles qui continuent d’attendre dans la peur. Nous faisons tout pour qu’elles aussi puissent les prendre dans les bras », a déclaré la ministre dans un message posté sur X.

La libération de ces deux otages lundi porte au total à dix le nombre de titulaires d’un passeport allemand libérés par le Hamas (quatre l’avaient été vendredi, puis quatre samedi).

Mme Baerbock a également salué l’extension de la trêve dans les combats entre Israël et le Hamas, annoncée par les Etats-Unis et le Qatar mais non confirmée par Israël. La ministre a estimé qu’il s’agissait « d’un temps précieux, aussi pour que notre aide parvienne aux gens à Gaza ».

« Et c’est une lueur d’espoir pour ne pas perdre des yeux ce qui pourrait arriver : des pas concrets vers un avenir en sécurité pour tous les gens de la région », a-t-elle ajouté.

« Je souhaite la paix dans le monde », tweete Musk après sa visite en Israël

Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

« Aussi banal que cela puisse paraître, je souhaite la paix dans le monde », tweete Elon Musk après sa visite en Israël aujourd’hui.

Les otages israéliens libérés se rendent à l’hôpital d’Ichilov

Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)

Les 11 otages israéliens libérés sont entrés en Israël par le point de passage de Kerem Shalom, sans passer par l’Égypte comme c’était le cas les jours précédents de la trêve.

Après un bref examen médical et la possibilité pour les otages d’appeler leur famille pour la première fois, ils sont transportés par avion à l’hôpital Ichilov de Tel-Aviv où ils recevront des soins supplémentaires et retrouveront leur famille, selon le ministère de la Santé.

Le centre hospitalier Sourasky d’Ichilov se dit enthousiaste et fier d’avoir le privilège d’accueillir les otages libérés et de leur fournir le traitement médical dont ils ont besoin, dans les conditions les plus appropriées.

L’enceinte préparée pour les rapatriés est spacieuse et dotée des équipements les plus avancés. Chaque famille sera prise en charge séparément, ce qui permettra une intimité maximale pour la réunification des membres de la famille qui seront à leurs côtés et les soutiendront dans ces moments d’émotion, indique l’hôpital dans un communiqué.

De son côté, la Croix-Rouge confirme qu’elle a « réussi à faciliter la libération et le transfert de 11 otages détenus à Gaza ».

« Le CICR n’a pas participé aux négociations et son rôle a été de faciliter l’accord en tant qu’intermédiaire neutre », ajoute le communiqué.

Blinken va retourner en Israël et Cisjordanie cette semaine

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken débarquant à l'aéroport israélien Ben Gurion pour une visite inopinée à Ramallah, en Cisjordanie, afin de rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken débarquant à l'aéroport israélien Ben Gurion pour une visite inopinée à Ramallah, en Cisjordanie, afin de rencontrer le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken se rendra une nouvelle fois en Israël et en Cisjordanie d’ici la fin de semaine, ainsi qu’à Dubaï, a indiqué à des journalistes lundi un haut responsable du département d’Etat.

Il s’agira de la troisième visite du chef de la diplomatie américaine au Moyen-Orient depuis le début du conflit entre Israël et le Hamas palestinien le 7 octobre.

11 otages sont arrivés en Israël après avoir été libérés de la captivité du Hamas – Tsahal

Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)

L’armée israélienne annonce que les 11 otages libérés de la captivité du Hamas dans la bande de Gaza se trouvent désormais en territoire israélien et sont escortés par des forces spéciales et des membres de l’agence de sécurité Shin Bet.

« Après une première évaluation de leur état de santé, nos troupes les accompagneront jusqu’à ce qu’ils retrouvent leur famille », précise l’armée israélienne.

Tsahal demande au public de « faire preuve de patience et de sensibilité pendant cette période, par respect pour les otages libérés et leurs familles ».

Des Français, Allemands et Argentins figurent parmi les onze otages libérés – Qatar

Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)

Des ressortissants français, allemands et argentins possédant également la nationalité israélienne font partie des onze otages qui libérés par le Hamas en échange de 33 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, a annoncé le Qatar.

Au « quatrième jour de l’accord de trêve humanitaire, 33 civils (sic) palestiniens seront libérés (…) en échange de la libération de onze détenus (sic) israéliens », a déclaré le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, Majed Al-Ansari, sur X, anciennement Twitter.

« Les personnes libérées des prisons israéliennes comprennent 30 mineurs et trois femmes, tandis que les Israéliens libérés de Gaza comprennent trois citoyens français, deux citoyens allemands et six citoyens argentins », a-t-il précisé.

Au terme de 4 jours de trêve, il reste neuf enfants israéliens à Gaza

Gali Tarshansky, prise en otage par le Hamas au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Gali Tarshansky, prise en otage par le Hamas au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Au terme de ces quatre jours de trêve, il reste neuf enfants israéliens à Gaza

Kfir Bibas, 10 mois

Ariel Bibas, 4 ans

Gali Tarshansky, 13 ans

Amit Shani, 16 ans

Ofir Engel, 17 ans

Maya Leimberg, 17 ans

Aisha Zaidna, 17 ans

Liam Or, 18 ans

Itay Regev, 18 ans

Le Qatar confirme la libération de 11 « détenus » israéliens en échange de 33 « civils » palestiniens

Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)
Des otages libérés par le Hamas le quatrième jour du cessez-le-feu avec Israël sont transférés à la Croix-Rouge à Gaza avant leur retour en Israël via l'Égypte, le 27 novembre 2023. (Capture d'écran)

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari, confirme la mise en œuvre du quatrième jour de l’accord de trêve, avec la libération de 11 « détenus » israéliens en échange de 33 « civils » palestiniens.

Les Israéliens libérés – des civils kidnappés le 7 octobre – ont été retenus en otage par les terroristes du Hamas et du Jihad islamique pendant 52 jours.

Les Palestiniens libérés étaient des prisonniers condamnés et jugés pour des infractions à la sécurité et faits de terrorisme.

Voici les 11 otages libérés au quatrième jour de la trève

Les otages israéliens libérés le 27 novembre 2023 : En haut, de gauche à droite : Sharon Aloni Cunio et ses enfants Emma et Yuli, ses frères et sœurs Sahar et Erez Calderon ; en bas : Karina Engel-Bart et ses enfants Mika et Yuval, ses frères et sœurs Yagil et Or Yaakov, et Eitan Yahalomi. (Photos : autorisations ; montage : Times of Israel)
Les otages israéliens libérés le 27 novembre 2023 : En haut, de gauche à droite : Sharon Aloni Cunio et ses enfants Emma et Yuli, ses frères et sœurs Sahar et Erez Calderon ; en bas : Karina Engel-Bart et ses enfants Mika et Yuval, ses frères et sœurs Yagil et Or Yaakov, et Eitan Yahalomi. (Photos : autorisations ; montage : Times of Israel)

Voici les 11 otages israéliens qui ont été libérés ce soir de la captivité du Hamas, au quatrième jour d’une trêve à Gaza qui devrait être prolongée de deux jours.

Toutes ces familles avaient été enlevées du le kibboutz Nir Oz lors du massacre du 7 octobre.

De la famille Cunio
Sharon Aloni Cunio, 33 ans
Emma Cunio, 3 ans
Yuli Cunio, 3 ans

Le père, David Cunio, reste captif à Gaza.

De la famille Engel :
Karina Engel, 51 ans
Mika Engel, 18 ans
Yuval Engel, 10 ans

Le père, Ronen Engel, reste captif à Gaza.

De la famille Calderon :
Sahar Calderon, 16 ans
Erez Calderon, 12 ans

Le père, Ofer Calderon, reste captif à Gaza.

De la famille Yaakov
Or Yaakov, 16 ans
Yagil Yaakov, 12 ans

Le père, Yaïr Yaakov et sa compagne Meirav Tal, restent captifs à Gaza

De la famille Yahalomi :
Eitan Yahalomi, 16 ans

Le père Ohad Yahalomi reste captif à Gaza.

Tsahal confirme que le Hamas a remis 11 otages israéliens à la Croix-Rouge à Gaza

Des otages israéliens transférés à la Croix-Rouge par le Hamas à Gaza le 27 novembre 2023. (Capture d'écran/X)
Des otages israéliens transférés à la Croix-Rouge par le Hamas à Gaza le 27 novembre 2023. (Capture d'écran/X)

L’armée israélienne confirme que le Hamas a remis 11 otages israéliens à la Croix-Rouge.

« Selon les informations fournies par la Croix-Rouge, 11 otages israéliens sont en route vers le territoire israélien. »

Biden « salue » la prolongation de la trêve à Gaza, qu’Israël n’a pas confirmée

Le président Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d'une troisième série de libérations dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)
Le président Joe Biden s'adressant aux journalistes au sujet des otages libérés par le Hamas lors d'une troisième série de libérations dans le cadre d'un accord de cessez-le-feu de quatre jours entre Israël et le Hamas, à Nantucket, dans le Massachusetts, le 26 novembre 2023. (Crédit : Stephanie Scarbrough/AP Photo)

La Maison Blanche « salue » la prolongation de la trêve à Gaza, a déclaré lundi l’un de ses porte-parole, John Kirby.

Le Hamas et le Qatar ont annoncé lundi la prolongation de 48 heures de la trêve entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien. Isräël n’a pas encore confirmé cette prolongation et le porte-parole de l’armée israélienne a indiqué il y a peu que rien n’était finalisé.

Le président américain Joe Biden a été « très impliqué » dans les négociations sur la trêve et son extension, et a été informé des dernières évolutions lundi matin, a encore indiqué le porte-parole.

Il a indiqué que les Etats-Unis « espéraient » assister lundi à la libération de deux autres ressortissantes.

Parmi les otages libérés dimanche figurait déjà une fillette de quatre ans possédant la nationalité américaine, Avigaïl Idan, dont les parents ont été tués lors de l’attaque du Hamas le 7 octobre sur le sol israélien.

« J’ai parlé avec la famille d’Avigaïl après sa libération, et nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires israéliens pour veiller à ce qu’elle reçoive les soins et le soutien dont elle a besoin alors qu’elle commence à se remettre de ce traumatisme indescriptible », a déclaré M. Biden.

Les premières heures d’Avigail Idan en compagnie de sa famille : sa tante Liron, son oncle Zuli, ses grands-parents Shlomit et Eitan, à l’hôpital pour enfants Schneider le 27 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider)

John Kirby a indiqué que « 8 ou 9 » citoyens américains, au total, étaient encore retenus en otage, mais a précisé que les autorités américaines n’avaient « pas forcément d’informations robustes sur chacun d’entre eux. »

Washington « souhaiterait bien sûr que la pause soit prolongée davantage, et cela dépendra de libérations d’otages supplémentaires par le Hamas », a-t-il dit.

« La pause humanitaire a également permis d’accroître considérablement l’aide humanitaire apportée aux civils innocents qui souffrent dans la bande de Gaza », note le président.

Il souligne qu’aucun pays n’a donné plus d’aide humanitaire aux Palestiniens que les États-Unis.

« Nous profitons pleinement de la pause dans les combats pour augmenter la quantité d’aide humanitaire acheminée à Gaza et nous poursuivrons nos efforts pour construire un avenir de paix et de dignité pour le peuple palestinien », ajoute M. Biden, en remerciant les dirigeants d’Israël, du Qatar et de l’Égypte pour leur coopération et en s’engageant à poursuivre le combat jusqu’à ce que tous les otages retenus en captivité à Gaza soient libérés.

L’accent mis sur les efforts déployés par les États-Unis pour venir en aide aux Palestiniens intervient alors que l’aile d’extrême gauche de son parti se montre de plus en plus frustrée par le soutien apporté par M. Biden à Israël tout au long de la guerre.

Netanyahu: le plan concernant les otages se poursuit, conformément à l’accord de trêve

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une réunion du cabinet le 27 novembre 2023. (Capture d'écran/X)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors d'une réunion du cabinet le 27 novembre 2023. (Capture d'écran/X)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est adressé à la presse au début d’une réunion du cabinet pour approuver un budget de guerre très controversé, et il s’est exprimé sur la trêve en cours.

« En ce qui concerne les otages, nous poursuivons le plan convenu et nous poursuivons également l’objectif central que nous avons énoncé : obtenir la libération des otages, éliminer le Hamas et faire en sorte que cette menace ne se répète pas à Gaza », a déclaré M. Netanyahu.

Il ne commente pas les annonces du Qatar, des États-Unis et du Hamas selon lesquelles les parties se sont mises d’accord sur une prolongation de la trêve de deux jours.

Les responsables israéliens ont déclaré qu’ils accepteraient un jour de trêve supplémentaire pour chaque dizaine d’otages libérés par le Hamas.

La 4e libération d’otages en cours ; la prolongation de la trêve pas encore définitive – Tsahal

Des travailleurs de la Croix-Rouge internationale attendant devant la prison d'Ofer en Cisjordanie avant la libération de prisonniers de sécurité palestiniens au quatrième jour du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Des travailleurs de la Croix-Rouge internationale attendant devant la prison d'Ofer en Cisjordanie avant la libération de prisonniers de sécurité palestiniens au quatrième jour du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, affirme que la quatrième libération d’otages est « en cours ».

Il dit également qu’une prolongation du cessez-le-feu temporaire avec le Hamas n’est pas définitive.

« Nous négocions un accord par l’intermédiaire de médiateurs 24 heures sur 24. Rien n’est définitif tant que cela ne se produit pas en réalité », dit-il. « Les choses progressent, ce soir aussi, mais il faut faire preuve de patience. »

Hagari fustige le groupe terroriste palestinien du Hamas pour ses vidéos de propagande montrant la libération des otages ces derniers jours. « Des dizaines de vidéos de terroristes qui saluant de la main ne cacheront pas la brutalité du Hamas », déclare-t-il.

Il affirme également que la responsabilité de la famille Bibas, prise en otage par le Hamas mais remise à un autre groupe terroriste, incombe au Hamas.

Passant à l’anglais, Hagari parle d’Elma Avraham, 84 ans, qui a été libérée hier dans un état critique des geôles du Hamas après 51 jours de captivité.

Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, faisant une déclaration aux médias, à Tel Aviv, le 16 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« Hier soir, Elma Avraham a été libérée des geôles du Hamas. Elle a été transportée d’urgence à l’hôpital dans un état critique. Elma a 84 ans, c’est une mère, une grand-mère et une arrière-grand-mère », explique Hagari.

« Pendant le massacre du Hamas du 7 octobre, Elma a été prise en otage par des terroristes sauvages. Elle a été traînée dans la bande de Gaza à l’arrière d’une moto. Elle est restée en captivité pendant 51 jours et 51 nuits. Elle a été maintenue dans des conditions difficiles, on lui a refusé des médicaments vitaux, elle n’a pas reçu la visite de la Croix-Rouge », raconte-t-il.

« Lorsqu’elle a été libérée, elle était dans un état critique. Elma est un rappel de notre mission essentielle. Maintenant, elle est à la maison et on s’occupe d’elle. Mais qui s’occupe des autres otages à Gaza ? », ajoute-t-il.

« Plus de 150 de nos otages – hommes, femmes, enfants, bébés, qui s’occupe d’eux ? Qui porte le bébé de 10 mois, Kfir Bibas ?, » demande Hagari. « Je vais vous le dire : des terroristes impitoyables le retiennent en otage à Gaza ! »

« Nous demandons aux organisations internationales, en particulier à la Croix-Rouge, d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour avoir accès à nos otages, afin de s’assurer qu’ils reçoivent les soins médicaux dont ils ont besoin », poursuit-il.

« Nos otages ne sont pas perdus, et nous ne resterons pas assis à espérer qu’ils soient retrouvés. Nous sauverons nos otages à tout prix, c’est notre devoir, notre responsabilité morale en tant que Forces de défense israéliennes. C’est pour cela que nous nous battons et que nous devons continuer à nous battre jusqu’à ce que tous nos otages soient rentrés chez eux », ajoute Hagari.

Biden « horrifié » par l’agression contre trois jeunes palestiniens aux Etats-Unis

Joe Biden est « horrifié » par l’agression samedi dans le Vermont (nord-est) de trois étudiants d’origine palestinienne, possiblement visés en raison de leur appartenance communautaire, a dit lundi sa porte-parole.

« Nous attendons que les faits soient établis mais en attendant, ce que nous savons c’est qu’il n’y a absolument aucune place pour la haine ou la violence en Amérique », a déclaré Karine Jean-Pierre lors d’une conférence de presse.

Prolongation de la trêve à Gaza: une « lueur d’espoir », pour le chef de l’ONU

La prolongation de deux jours de la trêve à Gaza « est une lueur d’espoir et d’humanité » même si ce ne sera pas suffisant, dit-il pour apporter l’aide nécessaire aux habitants de Gaza qui en auraient besoin, a déclaré lundi le secrétaire général de l’ONU.

« C’est une lueur d’espoir et d’humanité au milieu des ténèbres de la guerre et j’espère que cela nous permettra d’accroître encore plus l’aide humanitaire aux habitants de Gaza qui souffrent tant, en sachant que même avec ce temps supplémentaire il sera impossible de satisfaire tous les besoins immenses de la population », a déclaré Antonio Guterres à la presse.

Le navire d’aide médicale français Dixmude est arrivé en Egypte

Le porte-hélicoptères français Dixmude, configuré pour offrir du soutien hospitalier aux blessés de la bande de Gaza, est arrivé lundi dans le port égyptien d’Al-Arich, a rapporté une source portuaire à l’AFP, au quatrième jour d’une trêve entre Israël et le Hamas.

Les hôpitaux du sud de Gaza continuent à recevoir de nombreux blessés évacués du nord, où la quasi-totalité des établissements de santé sont à l’arrêt. Selon la même source, le navire comprend « deux blocs opératoires » et 60 lits environ.

Israël a apporté plusieurs preuves attestant que le groupe terroriste du Hamas fait usage des hôpitaux, notamment Rantisi et al-Shifa, pour ses activités terroristes, en violation flagrante du droit de la guerre.

Le Hamas affirme avoir reçu la liste des prisonniers qu’Israël libèrera ce soir

Des Palestiniens brandissant des drapeaux du Hamas célébrant la libération des prisonniers sécuritaires palestiniens dans le cadre d'un accord conclu entre Israël et le Hamas, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP Photo/)
Des Palestiniens brandissant des drapeaux du Hamas célébrant la libération des prisonniers sécuritaires palestiniens dans le cadre d'un accord conclu entre Israël et le Hamas, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 24 novembre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP Photo/)

Le Hamas a annoncé avoir reçu la liste des prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël qui seront libérés ce soir.

La liste comprend trois femmes et pas moins de 30 hommes âgés de 19 ans et moins.

Neuf des prisonniers sont des résidents de Jérusalem-Est, et les autres seraient originaires de Cisjordanie.

 

4 camions-citernes et 200 camions d’aide entrent à Gaza par Rafah pour le 4e jour consécutif

Des camions d'aide se préparant à entrer dans Gaza par le passage de Rafah, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/COGAT)
Des camions d'aide se préparant à entrer dans Gaza par le passage de Rafah, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/COGAT)

Le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) a annoncé que quatre camions-citernes de carburant avaient été transférés à Gaza aujourd’hui, conformément à l’accord de trêve.

En outre, 200 camions contenant de la nourriture, de l’eau, du matériel pour les abris et des fournitures médicales sont entrés dans l’enclave, a indiqué le COGAT.

Le cabinet approuve le second mandat de 5 ans du chef de la Banque d’Israël, Amir Yaron

Le gouverneur de la Banque centrale d'Israël, Amir Yaron, s'exprimant lors d'une conférence à l'Institut israélien de la Démocratie, à Jérusalem, le 30 mai 2023. (Crédit : Oded Karni)
Le gouverneur de la Banque centrale d'Israël, Amir Yaron, s'exprimant lors d'une conférence à l'Institut israélien de la Démocratie, à Jérusalem, le 30 mai 2023. (Crédit : Oded Karni)

Le cabinet a voté la prolongation du mandat du gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, pour un second mandat de cinq ans.

Il a d’abord été rapporté que Yaron, qui avait critiqué les effets de la refonte du système judiciaire du gouvernement Netanyahu sur l’économie israélienne, partirait à la fin de l’année 2023.

Cependant, cette décision a évolué peu après le déclenchement de la guerre qu’Israël mène actuellement contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, compte tenu de la nécessité d’une stabilité économique.

Le Hamas va libérer 6 Thaïlandais ce soir en plus des 11 otages israéliens – média

Un convoi de la Croix-Rouge transportant des otages israéliens se dirigeant vers l'Égypte depuis la bande de Gaza au poste frontière de Rafah, le 26 novembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
Un convoi de la Croix-Rouge transportant des otages israéliens se dirigeant vers l'Égypte depuis la bande de Gaza au poste frontière de Rafah, le 26 novembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a accepté de libérer six autres des citoyens thaïlandais qu’il retient en otage à Gaza, en plus des 11 otages israéliens libérés ce soir, ont rapporté les médias égyptiens.

Sinwar aurait rendu visite à un groupe d’otages détenus dans un tunnel de Gaza

Yahya Sinwar, chef du Hamas à Gaza, sur scène lors d'un rassemblement dans la ville de Gaza, le 24 mai 2021. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Yahya Sinwar, chef du Hamas à Gaza, sur scène lors d'un rassemblement dans la ville de Gaza, le 24 mai 2021. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le chef du groupe terroriste palestinien du Hamas, Yahya Sinwar, aurait rendu visite à plusieurs des otages israéliens détenus dans un tunnel souterrain à Gaza.

L’un des otages libérés au cours du week-end a affirmé que Sinwar leur avait parlé en hébreu sans accent, leur disant qu’ils étaient en sécurité avec le Hamas et qu’ils n’avaient pas à avoir peur, a rapporté la Douzième chaîne, ajoutant que l’information avait été confirmée par l’establishment de la sécurité israélienne.

Tsahal : La famille Bibas, enlevée par le Hamas le 7 octobre, a été transférée à un autre groupe

Ofri Bibas Levy portant un tee-shirt à l'effigie de son frère, de sa belle-sœur et de leurs deux enfants de 4 ans et de 10 mois, tous retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 21 novembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
Ofri Bibas Levy portant un tee-shirt à l'effigie de son frère, de sa belle-sœur et de leurs deux enfants de 4 ans et de 10 mois, tous retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 21 novembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

Le porte-parole arabe de l’armée israélienne, Avichay Adraee, a indiqué à Sky News que la famille Bibas – le père Yarden, la mère Shiri, le bébé Kfir âgé de 10 mois et Ariel âgé de 4 ans – ne sera pas libérée aujourd’hui des geôles du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Adraee a expliqué que la famille avait été prise en otage par le Hamas lors du massacre du 7 octobre, puis transférée à une autre faction terroriste palestinienne à Gaza. Ils seraient actuellement détenus dans la ville de Khan Younis, au sud de Gaza.

20 femmes et enfants israéliens seront libérés durant les 2 jours additionnels de trêve – Maison Blanche

Le coordinateur du Conseil de sécurité nationale des États-Unis pour les communications stratégiques, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien, dans la salle de briefing Brady de la Maison Blanche, à Washington, le 8 novembre 2023. (Crédit : Andrew Canallero-Reynolds/AFP)
Le coordinateur du Conseil de sécurité nationale des États-Unis pour les communications stratégiques, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien, dans la salle de briefing Brady de la Maison Blanche, à Washington, le 8 novembre 2023. (Crédit : Andrew Canallero-Reynolds/AFP)

Le porte-parole du Conseil de sécurité Nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a confirmé que 20 autres femmes et enfants israéliens seront libérés lors de la prolongation de deux jours de la trêve en cours entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

L’accord a été structuré de manière à ce qu’Israël accepte de prolonger la trêve d’un jour supplémentaire pour chaque dizaine d’otages libérés par le Hamas.

Kirby a expliqué que la libération du quatrième groupe d’otages a été retardée ce lundi soir parce que le groupe terroriste palestinien cherchait initialement à libérer plusieurs enfants sans leurs mères, qui sont également détenues à Gaza.

Il a ajouté qu’il ne savait pas si les 11 otages attendus aujourd’hui comprennaient les deux autres citoyennes américaines toujours retenues à Gaza. Il y a six autres hommes otages – 5 citoyens américains et un détenteur de Green Card américaine.

Kirby a noté que, pour le troisième jour consécutif, 200 camions d’aide étaient entrés dans Gaza hier, respectant ainsi une clause clé de la trêve. Cela porte à plus de 2 000 le nombre total de camions d’aide qui sont entrés dans Gaza depuis l’ouverture du point de passage de Rafah le 21 octobre.

Gallant affirme que l’armée sera plus forte à la reprise des combats après la trêve

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes, dans le sud d'Israël, le 27 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux troupes, dans le sud d'Israël, le 27 novembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a affirmé que, lorsqu’Israël reprendra le combat contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, « sa force sera plus grande, et cela se répandra dans toute la bande », selon des propos fournis par son bureau.

S’adressant aux troupes de la brigade d’infanterie Givati et du Corps blindé mécanisé, Gallant a déclaré : « Vous avez maintenant quelques jours. Nous retournerons au combat, nous utiliserons la même quantité de puissance et plus encore. »

« N’oubliez pas que, pendant que vous vous organisez, que vous vous reposez et que vous faites le point, l’ennemi fait de même », a-t-il ajouté.

« Vous ferez face à quelque chose qui est un peu plus préparé. Par conséquent, [le Hamas] se heurtera d’abord aux bombes de l’armée de l’air, puis aux obus des chars et de l’artillerie et aux pelles des D9 [bulldozers], et enfin aussi aux tirs des troupes du Corps d’infanterie », a expliqué Gallant.

« Nous nous battrons dans toute la bande de Gaza. »

Tel Aviv : Le père d’un otage partage sa détresse avec une poignée d’auditeurs Place des Otages

Dani Miran s'adressant aux visiteurs sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 27 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Dani Miran s'adressant aux visiteurs sur la "Place des Otages", à Tel Aviv, le 27 novembre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Dans une tente mal éclairée de la « Place des Otages » de Tel Aviv, Dani Miran a parlé à une poignée de personnes de son fils, Omri, que des terroristes du Hamas ont enlevé au kibboutz Nahal Oz et qu’ils retiendraient en otage à Gaza.

La place, qui a vu samedi soir une foule d’environ 100 000 personnes manifester pour la libération des 200 otages encore en captivité, est presque déserte en ce lundi soir.

Un temps légèrement frisquet de 17°C a éloigné les foules, même si un quatrième groupe d’otages – 11 cette fois – devrait être libéré sous peu. De multiples médias étrangers envoient leurs dépêches depuis la sombre place.

« Il fait froid et le temps est mauvais. Je suis reconnaissant à tous ceux qui viennent et ne reproche à personne de ne pas venir. Ces derniers jours ont été émotionnellement épuisants pour tout le monde, je le reconnais », a déclaré Miran, 78 ans, au Times of Israel lorsqu’on l’a interrogé sur la faible participation.

Miran passe jour et nuit à sensibiliser la population au sort de son fils.

L’accord concerne les femmes et les enfants, Miran ne s’attend donc pas à voir son fils, âgé de 46 ans, ce soir.

« À ce stade, je ne veux que des informations. Est-il vivant ? Est-il blessé ? Dort-il dans un lit ? Sur le sol ? Nous sommes dans le noir », a-t-il dit.

Lui, sa belle-fille et ses deux petites-filles ont survécu à l’assaut de Nahal Oz.

À la libération des autres otages, « j’étais heureux pour eux. Puis, plus tard, au lit (…) les mêmes questions reviennent, comme tous les soirs », a raconté Miran.

L’hôpital Sheba libère 9 des otages qu’il soignait depuis leur libération

Sharon Avigdori retrouvant son fils Omer, après avoir été libérée de 50 jours de captivité dans la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
Sharon Avigdori retrouvant son fils Omer, après avoir été libérée de 50 jours de captivité dans la bande de Gaza, le 26 novembre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le centre hospitalier Sheba a rapporté que les otages libérées Noga, 18 ans, et sa mère Shiri Weiss, 53 ans, étaient sorties de l’hôpital pour enfants Edmond et Lily Safra ce soir.

Cinq membres de la famille Haran-Avigdori-Shoham sont également sortis de l’hôpital : Noam Avigdori, 12 ans, et sa mère Sharon Avigdori, 52 ans, Shoshan Haran et sa fille Adi Shoham, ainsi que le fils de Shoham, Naveh, 8 ans, et sa fille Yahel, 3 ans.

En outre, Emily Hand, 9 ans, qui était détenue à Gaza sans membre de sa famille, est également rentrée chez elle.

Tous avaient été enlevés par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le kibboutz Beeri le 7 octobre.

Israël retire son soutien à la candidature saoudienne pour accueillir l’Expo 2030

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, arrivant au Bureau international des expositions (BIE) pour évoquer la candidature de Ryad à l'organisation de l'Expo 2030, à Issy-Les-Moulineaux, le 20 juin 2023. (Crédit : Julien de Rosa/AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, arrivant au Bureau international des expositions (BIE) pour évoquer la candidature de Ryad à l'organisation de l'Expo 2030, à Issy-Les-Moulineaux, le 20 juin 2023. (Crédit : Julien de Rosa/AFP)

Israël a décidé de retirer son soutien à la candidature de l’Arabie saoudite pour l’organisation de l’exposition universelle Expo 2030, alors que Ryad a sévèrement critiqué Jérusalem au sujet de la guerre à Gaza, a rapporté la chaîne publique israélienne Kan.

Israël avait indiqué qu’il soutiendrait l’Arabie saoudite, alors que les pourparlers sous l’égide des États-Unis visant à conclure un accord de normalisation entre les deux pays s’intensifiaient.

Mais Ryad s’est joint au monde arabe pour critiquer violemment les opérations de Tsahal à Gaza, appelant la communauté internationale à imposer un embargo sur les armes à l’encontre de l’État juif.

Les responsables américains qui se sont entretenus avec le Times of Israel au début du mois ont insisté sur le fait qu’un accord de normalisation entre les deux pays restait possible après la guerre, mais ils ont reconnu que la composante palestinienne de l’accord s’étendra probablement de manière significative sur fond de guerre.

Au lieu de soutenir l’Arabie saoudite, Israël a décidé d’appuyer la candidature de l’Italie pour accueillir l’Expo 2030 à Rome, a rapporté Kan.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Un responsable de la Maison Blanche confirme la prolongation de la trêve de 2 jours

Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Un responsable de la Maison Blanche a confirmé la prolongation de la trêve de deux jours annoncée il y a quelques instants par le Qatar et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Israël n’a pas encore officiellement confirmé cette prolongation, qui permettrait la libération de 20 otages supplémentaires.

Herzog à Musk : X empli d’antisémitisme, et vous pouvez jouer un « rôle énorme »

Elon Musk rencontrant le président Isaac Herzog, à Jérusalem, le 27 novembre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
Elon Musk rencontrant le président Isaac Herzog, à Jérusalem, le 27 novembre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Le président Isaac Herzog a dit à Elon Musk, PDG de X, que le réseau social qu’il contrôle était empli d’antisémitisme et qu’il avait « un rôle énorme » à jouer dans la lutte contre ce fléau.

Lors d’une réunion à la résidence présidentielle, Herzog a affirmé que les scènes dont Musk a été témoin lors de sa visite de Kfar Aza ce matin et dans le film de 43 minutes des atrocités commises par le Hamas le 7 octobre démontraient comment la haine pouvait conduire au meurtre.

« Malheureusement, nous sommes inondés par l’antisémitisme – la haine des Juifs. Et la haine des Juifs a un impact sur toute la notion de comportement de l’humain dans tant d’endroits à travers le monde. Et vous avez un rôle énorme à jouer. Je pense que nous devons combattre cela ensemble, parce que sous les plateformes que vous dirigez, malheureusement, se cache beaucoup de vieilles haines que sont la haine du Juif et l’antisémitisme », a souligné Herzog à Musk.

« Vous avez vu comment le mal peut tout supplanter. Vous avez vu ce matin ce que la haine peut engendrer. Vous avez vu comment… la pensée se transforme en mal, qui se transforme en haine et en effusion de sang. »

Musk a répondu qu’il avait passé une « journée émotionnellement difficile » en voyant les lieux où des gens ont été assassinés et en « regardant cette vidéo dans laquelle les meurtriers se réjouissent de ces morts ».

« Ces gens ont été nourris de propagande depuis leur plus jeune âge. C’est remarquable ce dont les humains sont capables si on les nourrit de mensonges depuis leur enfance. Ils peuvent penser qu’assassiner des innocents est une bonne chose. C’est dire à quel point la propagande peut affecter l’esprit des gens », a ajouté Musk.

Le communiqué israélien ne contient aucun commentaire de Musk face aux préoccupations de Herzog concernant X.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas soulevé d’inquiétudes concernant l’antisémitisme sur X lorsqu’il s’est précédemment entretenu avec Musk lors d’un Live Chat diffusé sur la plateforme.

Musk a été accusé de tolérer les contenus antisémites sur X. Des organisations telles que l’Anti-Defamation League (ADL), avec qui Musk est entré en conflit, notent un énorme pic de messages antisémites sur la plateforme depuis le début de la guerre d’Israël contre le Hamas à Gaza.

Musk lui-même a suscité un tollé ce mois-ci lorsqu’il a approuvé un message antisémite sur X qui accusait les Juifs d’attiser la haine contre les Blancs.

Le Qatar annonce un accord pour prolonger la trêve de deux jours supplémentaires

Des soldats israéliens sur des véhicules blindés le long de la frontière avec Israël, dans la bande de Gaza, le 20 novembre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
Des soldats israéliens sur des véhicules blindés le long de la frontière avec Israël, dans la bande de Gaza, le 20 novembre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)

Le Qatar a réussi à négocier un accord entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas pour prolonger de deux jours supplémentaires la trêve initialement prévue quatre jours, a tweeté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Doha.

Cela signifie qu’au moins dix otages israéliens supplémentaires seront libérés mardi et que dix autres le seront mercredi, 30 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël devant également être libérés par Israël chaque jour.

Israël n’a pas encore confirmé la prolongation de la trêve, mais le Hamas a publié sa propre déclaration confirmant cette prolongation, en créditant les efforts de médiation du Qatar et de l’Égypte.

Adoption d’une loi garantissant la sécurité de l’emploi aux évacués et aux proches d’otages

Des Israéliens, dont les familles des otages de Gaza, assistant au rassemblement des « 50 jours d'enfer » en soutien aux otages détenus par le Hamas, devant la « Place des Otages » près du Musée d'art de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Gili Yaari/FLASH90)
Des Israéliens, dont les familles des otages de Gaza, assistant au rassemblement des « 50 jours d'enfer » en soutien aux otages détenus par le Hamas, devant la « Place des Otages » près du Musée d'art de Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Gili Yaari/FLASH90)

La Knesset a adopté une loi visant à donner plus de sécurité d’emploi aux évacués de guerre et aux membres des familles d’otages.

La nouvelle loi, approuvée par 14 députés sans opposition, interdit de licencier des employés qui n’ont pas pu faire leur travail parce qu’ils ont été évacués d’une communauté proche de la frontière de Gaza ou du Liban, ou s’ils sont membres de la famille d’une personne disparue ou retenue en otage à Gaza.

La loi prévoit également une protection de l’emploi pour les otages et les disparus eux-mêmes, ainsi que pour les parents d’enfants de moins de 14 ans, si le second parent de l’enfant sert dans l’armée.

Six Israéliens et deux ressortissants étrangers sont toujours portés disparus, n’ayant ni le statut d’otage ni celui de décédé, selon un responsable israélien qui a informé les journalistes au cours du week-end.

La loi est un ordre temporaire mis en place pour trois mois et pouvant être prolongé jusqu’à un an.

Emily Hand, 9 ans, sort de l’hôpital, 2 jours après avoir été libérée de captivité

Emily Hand retrouvant son père aux premières heures du 26 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Emily Hand retrouvant son père aux premières heures du 26 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’hôpital Sheba a annoncé qu’Emily Hand, 9 ans, libérée il y a deux jours des geôles du Hamas après 50 jours de captivité, était sortie du service pédiatrique du centre hospitalier.

L’hôpital a indiqué que son personnel, qui attend le retour des otages encore à Gaza, continuera à suivre Emily et tous les autres otages libérés.

Israël informe les familles du 4e groupe d’otages que le processus se poursuit

Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Le bureau du Premier ministre a annoncé que les autorités israéliennes avaient notifié les familles des otages dont la libération est prévue dans les prochaines heures, l’accord semblant être remis sur les rails après un précédent différend.

Un responsable israélien a déclaré au Times of Israel que le Hamas essayait de séparer les mères de leurs enfants lors de la libération d’aujourd’hui, ce que Jérusalem semblait avoir réussi à empêcher.

Les médias israéliens ont rapporté que 11 otages israéliens seront libérés sous peu – neuf enfants et deux femmes, qui sont les mères de certains des enfants.

Aucune déclaration officielle israélienne n’a confirmé ces chiffres.

Les médias ont ajouté que les otages libérés étaient originaires du kibboutz de Nir Oz, la communauté qui a été la plus durement touchée lors du massacre du 7 octobre.

Les otages du 3e groupe dans un état stable, mais leur guérison sera longue – Pr. Pessach

Des personnes applaudissant alors qu'un véhicule transportant des otages libérés des geôles du Hamas après 51 jours de captivité dans la bande de Gaza se dirige vers une base de l'armée à Ofakim, dans le sud d'Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Des personnes applaudissant alors qu'un véhicule transportant des otages libérés des geôles du Hamas après 51 jours de captivité dans la bande de Gaza se dirige vers une base de l'armée à Ofakim, dans le sud d'Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Le professeur Itaï Pessach, directeur de l’hôpital pour enfants Edmond et Lily Safra au centre hospitalier Sheba, a rapporté que l’état physique des 13 otages libérés qui y sont examinés était stable. Ils ont tous subi des évaluations – physiques et mentales – approfondies ; certains ont dû recevoir un traitement médical.

Pessach a rapporté que les otages libérés – des enfants, des mères et grands-mères – avaient été pris en charge par des experts de haut niveau dans divers domaines médicaux et dans le cadre d’un soutien psychosocial. Certains d’entre eux sont prêts à être libérés, tandis que d’autres ont choisi de rester plus longtemps à Sheba et de prendre le temps de se réadapter.

« Voir les otages réunis avec leurs familles et le fait qu’ils se rétablissent physiquement donne une lueur d’espoir. Mais compte tenu de leurs histoires difficiles, complexes de captivité, ils auront un long chemin à parcourir avant d’être [complètement] guéris », a expliqué Pessach.

Pessach a déclaré que l’hôpital espérait que tous les otages encore retenus à Gaza soient libérés au plus vite, et qu’il était prêt à les accueillir.

Smotrich : La hausse des fonds en Cisjordanie pour renforcer la sécurité contre les Palestiniens « nazis »

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère des Finances, à Jérusalem, le 9 août 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère des Finances, à Jérusalem, le 9 août 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich a déclaré au Times of Israel que la mise à jour du budget envoyée aujourd’hui à l’approbation du cabinet comprenait 390 millions de shekels pour le renforcement de la sécurité et des infrastructures de sécurité en Cisjordanie.

« Dans le budget qui est approuvé aujourd’hui, il n’y a pas de financement pour de nouvelles constructions en Judée et en Samarie », a souligné Smotrich, en utilisant le terme biblique pour désigner la Cisjordanie. En revanche, « il y a des fonds pour les besoins en matière de sécurité », notamment les chekpoints et les escouades civiles de sécurité, ainsi que les armes et l’équipement dont ces équipes auraient besoin.

« Il y a 2 millions de nazis en Judée et en Samarie, qui nous détestent exactement comme le font les nazis du Hamas-État islamique à Gaza », a-t-il déclaré, citant un sondage palestinien qui indiquait un soutien à l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre plus fort en Cisjordanie qu’à Gaza. Ce jour-là, le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a tué 1 200 personnes en Israël et en a emmené au moins 240 en captivité dans la bande de Gaza, déclenchant ainsi la guerre en cours.

Plus tôt dans la journée de lundi, le ministre des Affaires étrangères de facto de l’Union européenne a accusé Israël d’avancer un budget contenant des fonds frais pour la construction en Cisjordanie.

« Je suis consterné d’apprendre qu’en pleine guerre, le gouvernement israélien s’apprête à engager de nouveaux fonds pour construire davantage de colonies illégales », a écrit Josep Borrell sur X.

La famille d’Avigaïl Idan, 4 ans, publie des photos de leurs retrouvailles

Avigaïl Idan retrouvant sa tante Liron et sa grand-mère Shlomit pour la première fois après sa libération des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, à la base aérienne de Hatzerim, le 26 novembre 2023. (Autorisation)
Avigaïl Idan retrouvant sa tante Liron et sa grand-mère Shlomit pour la première fois après sa libération des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, à la base aérienne de Hatzerim, le 26 novembre 2023. (Autorisation)

La famille d’Avigaïl Idan a approuvé la publication des photos suivantes montrant la fillette de quatre ans retrouvant sa tante, son oncle et ses grands-parents pour la première fois après sa libération hier des geôles du Hamas après 51 jours de captivité.

Sa mère et son père ont été assassinés sous ses yeux le 7 octobre avant qu’elle ne soit emmenée à Gaza par les terroristes palestiniens du Hamas.

Les premières heures d’Avigaïl Idan en compagnie de sa famille : sa tante Liron, son oncle Zuli, ses grands-parents Shlomit et Eitan, à l’hôpital pour enfants Schneider, le 27 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider)
Les premières heures d’Avigaïl Idan retrouvant sa tante Liron et son oncle Zuli à l’hôpital pour enfants Schneider, le 27 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider)
Les premières heures d’Avigaïl Idan en compagnie de sa famille : sa tante Liron, son oncle Zuli, ses grands-parents Shlomit et Eitan, à l’hôpital pour enfants Schneider, le 27 novembre 2023. (Crédit : Hôpital Schneider)

Niveau d’incertitude élevé : La Banque d’Israël abaisse les perspectives de croissance pour 2023 et 2024

Le gouverneur de la Banque centrale d'Israël, Amir Yaron, s'exprimant lors d'une conférence à l'Institut israélien de la Démocratie, à Jérusalem, le 30 mai 2023. (Crédit : Oded Karni)
Le gouverneur de la Banque centrale d'Israël, Amir Yaron, s'exprimant lors d'une conférence à l'Institut israélien de la Démocratie, à Jérusalem, le 30 mai 2023. (Crédit : Oded Karni)

La Banque d’Israël a abaissé ses perspectives de croissance pour cette année et l’année prochaine en raison d’un « niveau élevé » d’incertitude sur la durée et les retombées économiques de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

En supposant que la guerre se concentrera principalement sur le front sud, la Banque centrale s’attend désormais à ce que l’économie croisse de 2 % pour chacune des années 2023 et 2024. Ce chiffre est en baisse par rapport à ses précédentes prévisions d’octobre, qui tablaient sur une croissance de 2,3 % en 2023 et de 2,8 % en 2024, lorsque la Banque centrale avait déjà revu à la baisse ses précédentes projections de croissance de 3 % pour cette année et l’année prochaine.

« Les prévisions révisées ont été construites en partant de l’hypothèse que l’impact direct de la guerre sur l’économie se poursuivra en 2024 bien qu’avec une intensité décroissante – par opposition à l’hypothèse des prévisions d’octobre selon laquelle l’impact direct sera concentré sur le seul quatrième trimestre de 2023 », a indiqué la Banque centrale dans un communiqué.

La Banque centrale a décidé de maintenir le taux d’intérêt de référence à 4,75 %, conformément aux prévisions de la majorité des économistes. La décision de politique monétaire de la Banque centrale de maintenir les coûts d’emprunt inchangés pour la quatrième fois depuis juillet survient alors qu’Israël en est à 52 jours de guerre contre le Hamas.

Pour faire baisser l’inflation croissante, la Banque d’Israël a régulièrement augmenté les taux d’intérêt, qui sont passés d’un plancher record de 0,1 % en avril 2022 à 4,75 % en juillet de cette année. La charge d’intérêts élevée commençait déjà à peser sur les ménages et les détenteurs de prêts immobiliers avant même le déclenchement de la guerre.

Le frère et la sœur de Roni Krivoi remercient Moscou d’avoir obtenu sa libération

Les proches de l'otage israélo-russe libéré Roni Krivoi rencontrant le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, en Russie, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne, 27 novembre 2023 ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Les proches de l'otage israélo-russe libéré Roni Krivoi rencontrant le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, en Russie, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne, 27 novembre 2023 ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le frère et la sœur de Roni Krivoi, libéré hier des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, ont rencontré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov pour le remercier d’avoir aidé à la libération de Roni.

Bogdanov a expliqué que Roni avait été relâché en signe envers la Russie, suite à la demande du Kremlin, peu après les atrocités du 7 octobre, que le groupe terroriste palestinien s’efforce de libérer jusqu’à huit otages de nationalité russe.

Les représentants de trois autres familles israélo-russes dont des membres font partie des otages retenus par le Hamas à Gaza se sont envolés hier pour Moscou avec le frère et la sœur de Krivoi, Igor et Yulia, afin de demander l’aide du Kremlin pour faire libérer leurs proches, a rapporté la Douzième chaîne.

Igor et Yulia ignoraient que leur frère avait été libéré jusqu’à ce qu’ils arrivent à Moscou et qu’ils en soient informés après leur atterrissage.

Les représentants des trois autres familles sont restés à Moscou pour demander l’aide du Kremlin dans la libération de leurs proches.

« Nous sommes reconnaissants pour tout le travail de la Fédération de Russie. Pour l’avoir poursuivi et avoir aidé au retour de tous les autres otages. Nous voyons les résultats », a déclaré Igor Krivoi, lors de sa rencontre avec Bogdanov aujourd’hui, selon un communiqué de presse diffusé par le ministère des Affaires étrangères russe.

« Espérons-le », a répondu Bogdanov, ajoutant que rien n’avait été donné au Hamas en échange de la libération de Roni Krivoi.

Smotrich à Gantz : C’est inutile de se battre « pour 1% du budget »

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich arrivant à une réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 27 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich arrivant à une réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 27 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich a affirmé que le budget qu’il a mis à jour pour la guerre sera avancé par le cabinet aujourd’hui, malgré les critiques concernant le maintien du financement des promesses politiques en temps de guerre.

« Il est possible de les aimer ou de ne pas les aimer, mais ce débat n’est pas lié à la guerre », a déclaré Smotrich en référence aux transferts budgétaires bénéficiant aux établissements d’enseignement ultra-orthodoxes – ou yeshivot.

Se tournant vers le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz, qui a déclaré que les cinq ministres de son parti voteraient contre le budget aujourd’hui, Smotrich a dit qu’il était temps de s’unir et que ça ne vallait pas la peine de se battre pour « 1 % du budget ».

« Benny, ce n’est pas un secret que nous représentons deux modes de pensée différents dans la société israélienne (…) Mais aujourd’hui, nous devons travailler ensemble », a dit Smotrich.

Barkat menace, sans réelle conséquence, de voter contre le budget controversé de Smotrich

Nir Barkat, ministre de l'Économie et de l'Industrie, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Nir Barkat, ministre de l'Économie et de l'Industrie, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre de l’Économie Nir Barkat a menacé de voter contre le budget 2023 actualisé lorsqu’il sera soumis au cabinet plus tard dans la journée, a indiqué une source de son bureau au Times of Israel.

Le cabinet de 38 membres devrait encore disposer de suffisamment de voix pour faire avancer le budget en vue de son approbation par la Knesset, même sans Barkat et sans les cinq voix du parti HaMahane HaMamlahti, qui a déclaré qu’il ne le soutiendrait pas.

Barkat s’est déjà insurgé contre le plan d’économie de guerre du ministre des Finances Bezalel Smotrich, affirmant que les solutions proposées par ce dernier n’aidaient pas les entreprises.

Égypte : Nous sommes proches d’un accord pour prolonger la trêve de 2 jours de plus

Abdel Fattah al-Sissi lors d'une rencontre avec le ministre français des Armées, au palais présidentiel d'Ittihadia, au Caire, le 15 novembre 2023. (Crédit : Khaled Desouki)
Abdel Fattah al-Sissi lors d'une rencontre avec le ministre français des Armées, au palais présidentiel d'Ittihadia, au Caire, le 15 novembre 2023. (Crédit : Khaled Desouki)

Diaa Rashwan, un haut responsable proche du président égyptien, annonce que Le Caire et Doha sont très proches d’obtenir une prolongation de deux jours de la trêve en cours entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

La prolongation de la trêve permettrait de libérer 10 otages israéliens et 30 prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël demain et mercredi, déclare Rashwan, qui ajoute que 11 otages israéliens seront libérés plus tard dans la journée.

Israël reste « prudemment optimiste » quant à la libération du 4e groupe d’otages – média

Des personnes manifestant pour demander au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) d'agir pour la libération des otages enlevés par le Hamas le 7 octobre et actuellement détenus dans la bande de Gaza, devant les bureaux du CICR, à Tel Aviv, le 9 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des personnes manifestant pour demander au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) d'agir pour la libération des otages enlevés par le Hamas le 7 octobre et actuellement détenus dans la bande de Gaza, devant les bureaux du CICR, à Tel Aviv, le 9 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Alors que la libération du quatrième groupe d’otages est retardée – dû à ce qu’Israël dit être un effort du Hamas pour violer l’accord en libérant des enfants sans leur mère – un fonctionnaire israélien déclare au site d’information Walla qu’il est « prudemment optimiste » que la crise sera résolue.

La 4e libération d’otages retardée, le Hamas cherchant à séparer des mères de leurs enfants

Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens participant à un rassemblement appelant à la libération des Israéliens retenus en otage à Gaza, à Tel Aviv, le 25 novembre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’un des principaux problèmes qui ralentissent les négociations sur la libération du quatrième groupe d’otages israéliens attendu d’ici la fin de la journée est que la liste des noms que le groupe terroriste palestinien du Hamas a déclaré vouloir libérer séparerait plusieurs enfants de leur mère, explique un responsable israélien au Times of Israel.

Israël affirme que la trêve avec le Hamas interdit au groupe terroriste de séparer les mères de leurs enfants – ce qu’il a déjà fait une fois lors du cessez-le-feu temporaire.

En direct sur X, Musk est d’accord avec Netanyahu pour dire que le Hamas doit être éliminé

Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Elon Musk déclare lors d’un chat en direct sur X avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il n’y a « pas d’autre choix » que de détruire le Hamas afin d’apporter un avenir meilleur à Gaza, et partage l’avis de Netanyahu selon lequel le groupe terroriste palestinien a des intentions génocidaires envers le peuple juif.

Le milliardaire américain Musk, PDG de X et dirigeant de SpaceX, déclare cependant qu’il aimerait aider à reconstruire Gaza après la guerre actuelle, et affirme que la réhabilitation du territoire est une étape importante pour prévenir de futures guerres.

« Si vous voulez la sécurité, la paix et une vie meilleure pour les Gazaouis, alors vous devez détruire le Hamas. Vous devez d’abord vous débarrasser du régime toxique comme cela a été fait en Allemagne et au Japon », déclare Netanyahu, ce à quoi Musk répond : « Il n’y a pas d’autre choix ».

Musk remarque également que les pertes civiles sont « inévitables » et qu’Israël tente de les éviter dans sa guerre contre le Hamas.

« Vous devez allier fermeté et élimination des terroristes et de ceux qui ont l’intention de tuer, et en même temps aider ceux qui restent – à l’instar de ce qui s’est passé en Allemagne et au Japon », ajoute-t-il.

« Généralement, le vainqueur punit le perdant », poursuit-il, et il cite la réhabilitation de l’Allemagne et du Japon par les alliés après la Seconde Guerre mondiale comme exemples de la façon dont les efforts de reconstruction après une guerre majeure et une victoire nette ont permis de garantir la paix pendant une longue période.

Yaïr Lapid exhorte les ministres à s’opposer aux modifications sur le budget

Le chef de l’opposition Yaïr Lapid demande au gouvernement de reconsidérer la décision d’approuver aujourd’hui le budget 2023 actualisé, au vu des promesses politiques qui restent ancrées dans le cadre.

« Je lance un appel à tous les ministres du gouvernement, à tous les membres de la coalition – vous êtes signataires de ces fonds (…). Vous avez le pouvoir de l’arrêter (…). Vous ne pouvez pas faire cela aux citoyens d’Israël », déclare Lapid, s’exprimant au début de la réunion de faction de son parti Yesh Atid à la Knesset.

Il qualifie la décision de financer des priorités politiques de « preuve supplémentaire que l’État d’Israël se bat pour sa vie [dans la guerre contre le Hamas] avec une armée de héros mais avec le mauvais gouvernement et le mauvais Premier ministre ».

D’ici la fin de journée, le cabinet devrait approuver les modifications apportées au reste du budget 2023, afin d’orienter environ 30 milliards de shekels vers les priorités du temps de guerre.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich n’a pas supprimé plusieurs garanties de financement à caractère politique, qui avaient été approuvées avec le budget de l’État en mai dans le cadre d’un ensemble discrétionnaire de fonds dits de coalition.

Une décision du cabinet prise en octobre avait gelé les fonds de la coalition qui n’avaient pas encore été transférés, notamment une promesse controversée de 300 millions de shekels pour les yeshivot privées ultra-orthodoxes.

Smotrich ouvre la voie au versement de centaines de millions de shekels aux priorités des résidents d’implantations en Cisjordanie.

Seuls les cinq ministres du parti HaMahane HaMamlahti se sont engagés à voter contre le budget, qui devrait être approuvé par le cabinet puis être présenté à la Knesset pour son approbation finale.

Selon Lapid, en approuvant les modifications budgétaires sans supprimer les postes discrétionnaires, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Smotrich « transfèrent actuellement 1,5 milliard de shekels de fonds de la coalition pour 2023, et 5 milliards de shekels supplémentaires pour 2024 ».

Nouvelles images d’un saccage perpétré par les terroristes le 7 octobre

Des images des caméras de vidéosurveillance de l’assaut du 7 octobre sur le sud d’Israël montrent au moins une douzaine de terroristes palestiniens du Hamas convergeant vers une station-service à la jonction de Magen, près de la frontière de Gaza.

La vidéo, diffusée par le groupe South First Responders sur Telegram, montre deux employés de la station-service – un Juif et un Bédouin – apercevant les hommes armés qui s’approchent.

On voit les hommes s’enfuir par l’entrée arrière de la boutique de la station-service, alors que les terroristes du Hamas prennent d’assaut le magasin et ouvrent le feu.

Selon les médias, le binôme s’est caché dans un congélateur pendant plusieurs heures, avant d’être secouru.

Les terroristes, quant à eux, ont pillé le magasin avant de s’échapper pour poursuivre leurs attaques brutales.

Le 4e groupe s’apprête à être relâché ; la liste des otages encore en négociations

Alors que le sort de la quatrième libération d’otages de Gaza prévue aujourd’hui est encore incertain, moins d’une heure avant l’heure prévue, le bureau du Premier ministre déclare que les négociations concernant la liste des personnes enlevées qui doivent être relâchées aujourd’hui sont toujours en cours.

« Nous sommes conscients de la tension que vivent les familles, et nous ajouterons des informations dès que cela sera possible », indique le communiqué. « Nous demandons d’éviter de répandre des rumeurs et des informations non fiables. »

Israël aurait des réclamations quant à la liste des otages devant être libérés à ce jour, dernier d’un accord sur quatre jours.

L’accord donne toutefois aux deux parties la possibilité de prolonger la trêve d’une journée supplémentaire pour chaque groupe de dix otages relâché après les 50 captifs initiaux, avec un maximum de cent. En échange, l’État juif libérera, de son côté, plus de détenus palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël – sur la base de trois prisonniers pour chaque otage.

Lapid accueille un proche d’otage de Gaza qui exige que leur retour reste une priorité

Lors de la conférence de presse hebdomadaire de son parti Yesh Atid à la Knesset, le chef de l’opposition Yaïr Lapid cède du temps à un membre de la famille de l’un des quelque 180 otages toujours détenus à Gaza, qui plaide pour que la libération des otages reste en tête de l’agenda du gouvernement en temps de guerre.

« Nous devons nous rappeler que nous devons continuer à parler des otages jusqu’à ce que le dernier d’entre eux soit rentré chez lui », y compris les soldats, déclare Udi Goren.

« Ne mettez pas ce sujet de côté, ne serait-ce qu’une minute, car le temps est un élément crucial ici », ajoute-t-il.

Liberman préconise une réponse plus ferme au Hezbollah et aux rebelles houthis

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, de l’opposition, affirme que le gouvernement doit faire plus pour répondre aux provocations des groupes terroristes soutenus par l’Iran au Liban et au Yémen.

« Tout ce qui se passe dans le nord est inacceptable », déclare Liberman, ajoutant qu’Israël doit repousser le Hezbollah au-delà du fleuve Litani au Liban, établi par l’ONU comme ligne de frontière méridionale pour le groupe terroriste chiite libanais.

« L’État d’Israël ne peut pas être un punching-ball, et tout ce qui se passe avec les [rebelles] houthis est insupportable. Et le gouvernement d’Israël a décidé d’ignorer cet événement », déclare Liberman, un jour après que le groupe yéménite a tenté de détourner un autre navire lié à Israël en mer Rouge.

Israël, les États-Unis et – selon les médias – l’Arabie saoudite ont abattu des missiles lancés par les rebelles houthis depuis le début, le 7 octobre, de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, également soutenu par l’Iran.

La fille d’Elma Avraham, négligée sur le plan médical, s’en prend au CICR

Elma Avraham. (Autorisation)
Elma Avraham. (Autorisation)

La fille de l’otage récemment relâchée Elma Avraham, qui se trouve dans un état critique après avoir été libérée des geôles du Hamas hier dans le cadre de l’accord sur les otages en cours, tient une conférence de presse animée dans laquelle elle fustige le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui n’a pas pris soin de sa mère.

S’exprimant depuis l’hôpital Soroka de Beer Sheva, où sa mère âgée de 84 ans est hospitalisée dans un état critique, Tali Amano décrit l’état épouvantable dans lequel le Hamas a rendu Elma, après avoir refusé de lui fournir ses médicaments quotidiens pendant plus de 50 jours.

« Ma mère ne méritait pas de revenir ainsi », dit-elle. « Ma mère a été négligée sur le plan médical. La Croix-Rouge a refusé de lui apporter ses médicaments. Elle est arrivée avec un rythme cardiaque de 40 bpm et une température corporelle de 28 °C, sur le point de rendre l’âme, entièrement meurtrie.

« Elle a été abandonnée deux fois – une fois le 7 octobre, et une deuxième fois par toutes les organisations qui auraient dû la sauver », accuse Amano.

« J’espère qu’ils n’ont pas réussi à la vaincre », dit-elle en exprimant l’espoir qu’elle se rétablisse.

Tsahal présente les opérations de l’unité d’élite Shaldag le 7 octobre, puis dans Gaza

L’armée israélienne diffuse des images montrant les opérations de l’unité d’élite de l’armée de l’air, Shaldag, dans la bande de Gaza au milieu de la guerre.

Selon Tsahal, l’unité a mené le raid dans l’hôpital al-Shifa, trouvant des armes et découvrant un réseau de tunnels du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Elle a également été l’une des premières unités à répondre à l’assaut du 7 octobre, en combattant les terroristes du Hamas dans le kibboutz Beeri et dans d’autres zones.

Des terroristes détaillent les enlèvements de Thaïlandais le 7 octobre au Shin Bet

L’agence de sécurité intérieure du Shin Bet révèle l’interrogatoire de deux terroristes palestiniens du Hamas qui ont enlevé des travailleurs étrangers en Israël le 7 octobre et les ont emmenés en ambulance à l’hôpital al-Shifa de la ville de Gaza.

Dans la vidéo, Adham Hawwas et Ismaïl Hawwas détaillent comment ils sont entrés en Israël pendant l’assaut et ont pris en otage des ressortissants thaïlandais et un Népalais des fermes du kibboutz Aloumim.

La vidéo du Shin Bet montre également des images de caméras de vidéosurveillance de l’enlèvement et du moment où les otages ont été amenés à Shifa.

« J’ai franchi la clôture par une brèche qui permettait de passer à pied. Après ça, je suis monté dans une Jeep Magnum blanche et nous avons roulé jusqu’au portail de l’implantation qui était fermé. Nous l’avons escaladé et sommes entrés dans la zone où se trouvent les chambres des fermiers », raconte Adham à un interrogateur du Shin Bet.

Le terroriste affilié au Hamas affirme que deux autres agents ont enlevé des travailleurs étrangers dans la zone, et qu’il a ensuite pris un otage de plus.

« Nous avons mis les otages dans l’ambulance, où [un autre terroriste] a demandé à l’un d’entre eux : ‘Comment tu t’appelles ?’ Mais il n’a pas compris. Le deuxième otage lui a fait comprendre : ‘Thaïlande’. Nous avons alors compris qu’ils avaient tous les deux la même nationalité et qu’ils étaient très probablement des ouvriers. Ils nous ont dit d’aller à l’hôpital Shifa avec l’ambulance », explique Adham.

« Le premier otage [transporté] à Shifa marchait sur ses pieds. Le deuxième otage a été transporté sur une civière. Ils ont mis le deuxième dans la chambre, où il y avait un [terroriste] d’al-Qassam à l’extérieur et deux [autres] d’al-Qassam à l’intérieur », raconte Ismaïl, faisant référence à l’aile armée du Hamas.

« Je n’ai entendu qu’un seul mot de la part de l’otage blessé : ‘Thaïlande. Thaïlande. Et il s’est tu », souligne Ismaïl.

Tsahal et le Shin Bet ont arrêté des centaines de terroristes du Hamas au cours de l’incursion terrestre dans la bande de Gaza, dont beaucoup ont participé aux attaques du 7 octobre.

Moshe Gafni fustige le renouvellement du mandat d’Amir Yaron

Le président de la commission des Finances de la Knesset, Moshe Gafni, lors d'une réunion à la Knesset, à Jérusalem, le 26 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le président de la commission des Finances de la Knesset, Moshe Gafni, lors d'une réunion à la Knesset, à Jérusalem, le 26 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le député Moshe Gafni, Yahadout HaTorah, fustige la décision du gouvernement de prolonger le mandat du gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Amir Yaron, pour un second mandat, la qualifiant de « mauvaise décision. »

Gafni, qui préside la commission des Finances de la Knesset, critique sévèrement le mandat de Yaron qui « nuit aux faibles », est « caractérisé par des hausses continues des taux d’intérêt » et fait peser un fardeau « terrible » sur la population.

« Ce n’est pas un bon gouverneur ; c’est un mauvais gouverneur. Le gouvernement prend une mauvaise décision », affirme Gafni. « Les bénéfices des banques montent en flèche, et d’où vient l’argent des banques ? Des jeunes couples qui contractent des prêts immobiliers. Et je ferai ce qu’il faut pour agir dans ce secteur. »

L’attaque de Gafni intervient après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Bezalel Smotrich se sont mis d’accord la semaine dernière pour prolonger le mandat de Yaron, qui se termine le 23 décembre, pour une nouvelle période de cinq ans, après des mois de spéculations.

D’éminents économistes, dont d’anciens hauts fonctionnaires de la Banque d’Israël et du ministère des Finances, ainsi que des acteurs des marchés financiers, qui considèrent Yaron comme une figure stabilisatrice, ont fait pression ces dernières semaines sur le gouvernement pour qu’il prolonge son mandat – d’autant plus que la période de guerre est difficile.

Netanyahu et Elon Musk en direct sur X

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Elon Musk, en visite en Israël, sont en direct sur la plateforme X.

 

L’Autorité palestinienne appelle à un cessez-le-feu durable

Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, donne une conférence de presse à l'issue d'une réunion à Moscou, le 5 mai 2021. (Crédit: Alexander Zemlianichenko / POOL / AFP)
Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, donne une conférence de presse à l'issue d'une réunion à Moscou, le 5 mai 2021. (Crédit: Alexander Zemlianichenko / POOL / AFP)

Le chef de la diplomatie de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, ont appelé lundi à l’instauration d’un cessez-le-feu durable entre Israël et le groupe terroriste du Hamas en vue d’avancer vers « une solution politique » au conflit.

« Il n’y a pas d’autre solution que d’en finir avec la guerre (…), d’arriver à un cessez-le-feu et de travailler à sa prolongation afin qu’il devienne permanent », a déclaré pour sa part, en espagnol, Riyad al-Maliki. « Nous devons arrêter de compter les cadavres », a-t-il insisté.

« Nous avons une opportunité aujourd’hui » et « nous travaillons tous pour que cette trêve soit prolongée un, deux ou trois jours. Nous ne savons pas mais le plus important est de la prolonger (…) afin de sauver des vies innocentes », a-t-il poursuivi.

À Schneider, Avichaï Brodetz retrouve sa femme et leurs 3 enfants libérés

La réunification de la famille Brodetz : le père Avichaï rencontrant son épouse Hagar et leurs enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans et Oriya, 4 ans, après que ces quatre derniers ont été libérés des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Bureau du porte-parole de l’hôpital pour enfants Schneider)
La réunification de la famille Brodetz : le père Avichaï rencontrant son épouse Hagar et leurs enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans et Oriya, 4 ans, après que ces quatre derniers ont été libérés des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Bureau du porte-parole de l’hôpital pour enfants Schneider)

L’hôpital pour enfants Schneider publie des photos émouvantes de la réunification de la famille Brodetz après plus de 50 jours.

La mère Hagar Brodetz, 40 ans, et ses trois enfants Ofri, 10 ans, Yuval, 9 ans et Oriya, 4 ans, ont été libérés hier soir des geôles du Hamas, après 51 jours de captivité dans le cadre d’un accord avec le groupe terroriste palestinien du Hamas qui prévoit une trêve de quatre jours et la libération d’au moins 50 prisonniers israéliens

L’hôpital publie des images montrant leur première rencontre avec le père de famille, Avichaï.

Les photos sont publiées avec l’autorisation de la famille.

La réunification de la famille Brodetz, avec le père Avichaï tenant son fils de 4 ans Oriya qui a été détenu par des terroristes à Gaza pendant 51 jours, le 27 novembre 2023. (Bureau du porte-parole, centre hospitalier pour enfants Schneider)
La réunification de la famille Brodetz, avec le père Avichaï embrassant son épouse Hagar et leurs enfants qui ont été qui ont été libérés des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Bureau du porte-parole de l’hôpital pour enfants Schneider)
La réunification de la famille Brodetz, avec le père Avichaï serrant dans ses bras son fils de 9 ans, Yuval, qui a été libéré des geôles du Hamas après 51 jours de captivité à Gaza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Bureau du porte-parole de l’hôpital pour enfants Schneider)

Netanyahu et Musk, en visite dans l’un des kibboutzim dévastés le 7 octobre

Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le milliardaire américain Elon Musk, à gauche, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, en visite à Kfar Aza, le 27 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueille le milliardaire américain controversé Elon Musk pour visiter l’un des kibboutzim israéliens ravagés lors de l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, selon le bureau du Premier ministre.

La visite de Kfar Aza montre à Musk les horreurs de l’attaque du Hamas, lors duquel des terroristes ont pris d’assaut la communauté – et une vingtaine d’autres – massacrer et brûler des familles entières et kidnapper des dizaines de civils pour les emmener à Gaza.

Musk écoute les briefings d’un chef du conseil local et d’un représentant de l’unité du porte-parole de l’armée israélienne sur les massacres perpétrés dans le kibboutz.

Il est conduit au domicile du chef de la sécurité de la communauté, Ofir Libstein, qui a été tué lors d’un échange de coups de feu avec les terroristes.

Musk entend également l’histoire de la petite fille israélo-américaine Avigaïl Idan, 4 ans, qui avait été enlevée le 7 octobre et libérée hier soir, après 51 jours de captivité dans la bande de Gaza.

Arabe israélien écope de 17 ans de prison pour de tentative de meurtre avec motif terroriste à Akko en 2021

Mor Ganashvili, qui a été grièvement blessé lors d'un lynchage à Akko lors des émeutes de mai 2021, à l'audience de l'un de ses agresseurs, à la Cour suprême de Jérusalem, le 17 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Mor Ganashvili, qui a été grièvement blessé lors d'un lynchage à Akko lors des émeutes de mai 2021, à l'audience de l'un de ses agresseurs, à la Cour suprême de Jérusalem, le 17 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un Arabe israélien est condamné à passer 17 ans derrière les barreaux pour son rôle dans le passage à tabac en bande d’un résident juif de Akko lors des émeutes de mai 2021. Mor Ganashvili, qui avait été pris pour cible, a été grièvement blessé à cette occasion, et son pronostic vital avait été engagé.

Qusay Abbas, 21 ans – qui avait été reconnu coupable en juillet de tentative de meurtre avec un mobile terroriste, dans le verdict le plus grave à ce jour parmi les neuf personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’agression – est également condamné à un an de prison avec sursis et à verser à sa victime 180 000 shekels.

Ganashvili a été battu avec des barres de fer et d’autres instruments contondants qui l’ont laissé inconscient – avec deux hémorragies cérébrales et une hémorragie interne, entre autres nombreuses blessures.

Selon Ynet, les juges du tribunal de Haïfa ont écrit que « cet incident n’est rien d’autre qu’un lynchage, au cours duquel un groupe d’émeutiers dont faisait partie l’accusé a sévèrement battu Mor uniquement parce qu’il était Juif. »

Ganashvili, qui tient un grand drapeau israélien, se dit satisfait de la sentence, « qui transmet le message que le sang juif n’est pas bon marché. »

Les émeutes de Akko faisaient partie d’une série de troubles intercommunautaires violents, en particulier dans les villes mixtes d’Israël, qui ont eu lieu dans les jours qui ont suivi le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza en mai 2021.

Le chef de l’Otan réclame une extension de la trêve dans la bande de Gaza

Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a réclamé lundi une extension de la trêve entre Israël et le Hamas, qui doit s’achever mardi.

« J’appelle à une extension de la trêve qui permettra de fournir davantage d’aide aux populations qui en ont grand besoin et d’obtenir la libération d’autres otages », a déclaré M. Stoltenberg lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

Le présentateur de la BBC ne regrette pas sa désinformation sur l’explosion à l’hôpital de Gaza

Le présentateur de la BBC, Jeremy Bowen, a déclaré qu’il ne regrette rien concernant son reportage le mois dernier qui a promu des désinformations concernant l’explosion de l’hôpital Al Ahli de Gaza, initialement attribuée à Israël avant que des preuves accablantes ne révèlent qu’une roquette palestinienne défectueuse en était responsable.

« Non, je ne regrette rien dans mon reportage, car je pense que j’ai été mesuré tout au long, je n’ai pas porté de jugement », affirme Bowen dans un extrait diffusé hier.

Lorsqu’un intervieweur souligne que Bowen avait faussement rapporté que le bâtiment de l’hôpital avait été aplati, il dit : « Oh oui, eh bien, là-dessus, je me suis trompé. »

Il explique ensuite qu’il regardait « les images, et ce que je pouvais voir, c’était un carré qui semblait être en feu de tous les côtés, et il y avait une sorte de vide au milieu, et je pense que c’était une photo prise par un drone, et donc, vous savez… nous devions reconstituer ce que nous voyons. Et je pensais, bon, on dirait que tout le bâtiment a disparu, et c’était ma conclusion en regardant les images et j’avais tort à ce sujet.

« Mais, je ne me sens pas particulièrement mal à ce sujet », ajoute-t-il.

Ori Megidish s’exprime pour la première fois depuis son sauvetage de Gaza

Ori Megidish, la soldate qui a été secourue le mois dernier par les troupes israéliennes de Gaza après avoir été enlevée par des terroristes le 7 octobre, publie son premier message public depuis son sauvetage, espérant le retour de tous les otages et déclarant qu’elle est « heureuse d’avoir retrouvé la vie ».

Dans une vidéo TikTok accompagnée de nombreux bêtisiers, elle dit : « Salut, je suis Ori Megidish. Je suis rentrée chez moi il y a presque un mois, et tout d’abord, je suis heureuse de voir toutes les vidéos émouvantes des otages qui retrouvent leur famille. J’espère et je souhaite que toutes les familles qui attendent encore leurs proches otages soient réunies avec eux et vivent aussi des moments comme les miens.

« J’espère que tout le monde reviendra, et ils reviendront, si D.ieu veut. Je vais bien, je suis chez moi avec ma famille, je m’amuse, et je suis heureuse d’avoir retrouvé ma vie. »

Israël/Hamas: le chef de la diplomatie de l’UE appelle à une trêve « durable »

Le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, s'exprimant lors d'une conférence de presse à Kiev, en Ukraine, le 1er octobre 2023. (Crédit : Efrem Lukatsky/AP)
Le haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, s'exprimant lors d'une conférence de presse à Kiev, en Ukraine, le 1er octobre 2023. (Crédit : Efrem Lukatsky/AP)

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell a appelé lundi à une prolongation de la trêve dans la bande de Gaza, qui doit s’achever mardi, en vue de travailler sur une « solution politique » au conflit.

Cette trêve, qui est un « premier pas important », « doit être prolongée » et « devenir durable pour permettre d’œuvrer à une solution politique », a-t-il dit au début d’une réunion du forum de l’Union pour la Méditerranée à Barcelone.

Elma Avraham est toujours dans un état critique

Elma Avraham. (Autorisation)
Elma Avraham. (Autorisation)

L’hôpital Soroka de Beer Sheva a rapporté qu’Elma Avraham, une otage de 84 ans libérée dimanche soir des geôles du Hamas, est toujours dans un état critique.

Avraham a été héliportée directement depuis Gaza en raison de son état de sante.

Elle a été placée en unité de soins intensifs et son pronostic vital est toujours engagé.

Roni Krivoi aurait échappé à ses ravisseurs et erré dans Gaza avant d’être rendu au Hamas

Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

La tante de Roni Krivoi otage israélo-russe libéré hier par le Hamas en guise de geste envers le président russe Vladimir Poutine, révèle que Krivoi a réussi à échapper à ses ravisseurs et à se cacher dans la bande de Gaza pendant quatre jours avant d’être de nouveau capturé.

Magid rapporte à la radio Kan que Krivoi lui a dit qu’il avait été initialement détenu dans un bâtiment qui s’est effondré à la suite des frappes aériennes de l’armée israélienne, et qu’il a réussi à s’échapper et à fuir.

« Il a réussi à s’échapper et à se cacher seul pendant plusieurs jours. Finalement, les Gazaouis l’ont capturé et l’ont rendu aux mains des terroristes », dit-elle.

Smotrich présente les changements budgétaires axés sur les efforts de guerre

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich affirme que les modifications du budget 2023 qu’il soumet aujourd’hui à la discussion du gouvernement sont principalement orientées sur l’effort de guerre en cours, alors qu’on lui reproche de ne pas avoir entièrement réduit le financement pour tenir les promesses politiques du plan.

Le budget, dit-il, réoriente 17 milliards de shekels vers la défense et 13,5 milliards de shekels supplémentaires pour les besoins civils de la guerre.

Parmi les mesures d’urgence, Smotrich indique que l’amendement budgétaire consacre 3,5 milliards de shekels au financement de l’hébergement en établissement hôteliers pour les plus de 100 000 Israéliens évacués de leurs communautés frontalières du sud et du nord.

Deux milliards de shekels seront versés au ministère de la Sécurité nationale pour mettre en place et armer des équipes de défense communautaire, ainsi que pour armer la police. Des responsables américains ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le ministère de la Sécurité nationale arme également des résidents d’implantations de Cisjordanie qui ont harcelé des Palestiniens, et en conséquence auraient gelé l’envoi de certaines commandes de fusils à Israël.

Début novembre, un porte-parole de la Maison Blanche a déclaré qu’Israël avait promis aux États-Unis de ne pas armer les équipes de défense communautaire de Cisjordanie avec des armes provenant des États-Unis.

En ce qui concerne les critiques selon lesquelles Smotrich n’a pas entièrement réduit le financement des promesses politiques faites aux partis de la coalition avant la guerre, qui ont été approuvées en mai mais réévaluées par une décision du cabinet en octobre, Smotrich déclare que la discussion d’aujourd’hui n’a pas besoin de réapprouver les 30 % d’allocations politiques qu’il n’a pas décidé de modifier.

En octobre, le cabinet avait décidé de geler tous les fonds de la coalition qui n’avaient pas été transférés hors du trésor public, afin qu’ils puissent être réorientés vers l’effort de guerre. Parmi eux figurent une affectation controversée de 300 millions de shekels pour les écoles privées haredim, et des centaines de millions de shekels pour les résidents d’implantation de Cisjordanie.

Smotrich n’a pas supprimé ces postes et ils ne figurent pas actuellement dans le plan de réorientation de l’argent vers l’effort de guerre.

Budget : Gantz continue de dénoncer les dépenses non liées à la guerre

À gauche : le ministre des Finances Bezalel Smotrich, à la Knesset, le 20 novembre 2023 ; à droite : le ministre Benny Gantz lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 22 novembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon ; Chaïm Goldberg/Flash90)
À gauche : le ministre des Finances Bezalel Smotrich, à la Knesset, le 20 novembre 2023 ; à droite : le ministre Benny Gantz lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 22 novembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon ; Chaïm Goldberg/Flash90)

Le gouvernement s’apprête à discuter des changements à venir dans le budget de fin d’année 2023, même en dépit des objections persistantes du ministre du cabinet de guerre Benny Gantz, qui exige que toutes les priorités politiques qui ne sont pas liées aux nécessités de la guerre soient supprimées du plan.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich affirme avoir réduit les fonds discrétionnaires de la coalition de 70 % sur le total qui a été alloué pour 2023 mais qui n’a pas encore été déplacé hors du trésor public. Gantz affirme que cela représente environ 1 milliard de shekels, soit une fraction des quelque 30 milliards de shekels dont Israël devrait avoir besoin pour clôturer l’année.

Une source proche de Gantz affirme que le budget présenté aujourd’hui au gouvernement est « un doigt dans l’œil du peuple », selon un communiqué publié par le parti de Gantz, HaMahane HaMamlahti.

Le budget n’est pas encore public. La source affirme qu’il augmente le financement des yeshivot de 500 millions de shekels, alloue 400 millions de shekels au ministère des Missions nationales – « dont l’objectif n’est pas clair » et qui est contrôlé par le parti de Smotrich – et triple l’augmentation convenue des salaires des écoles privées ultra-orthodoxes.

Des informations basées sur des fuites de clauses budgétaires affirment que Smotrich continuera à financer une rondelette somme controversée de 300 millions de shekels aux écoles ultra-orthodoxes privées, ainsi qu’à envoyer des centaines de millions de shekels aux priorités des résidents d’implantations de Cisjordanie.

Gantz soutient une « éducation appropriée » et la budgétisation de la sécurité pour les communautés de Cisjordanie, mais « ce n’est pas ce qui est présenté au gouvernement aujourd’hui », écrit la source.

Smotrich, dans un long message publié sur Facebook, affirme que les critiques « recyclent la même campagne mensongère » que celle utilisée contre le budget initial, adopté en mai.

Hier soir, Gantz a envoyé une lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahu, indiquant que les cinq ministres de son parti voteraient contre les modifications du budget.

« Nous nous opposerons au déboursement des fonds de la coalition ou à tout budget supplémentaire qui n’est pas lié à l’effort de guerre ou à l’avancement de la croissance économique », a-t-il écrit.

Le chef de la diplomatie chinoise ira à NYC pour une réunion de l’ONU sur la guerre Israël/Hamas

Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi se rendra cette semaine à New York pour une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le conflit entre Israël et le Hamas, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères chinois.

« Assumant la présidence tournante du Conseil de sécurité des Nations Unies ce mois-ci, la Chine tiendra une réunion de haut niveau sur la question israélo-palestinienne le 29 novembre », a déclaré le porte-parole du ministère Wang Wenbin, ajoutant que Wang Yi présiderait la réunion.

Musk discutera à Jérusalem « d’antisémitisme en ligne » avec Isaac Herzog

Le milliardaire et grand patron du réseau social X, Elon Musk, doit discuter lundi à Jérusalem avec le président israélien Isaac Herzog de la lutte en ligne contre l’antisémitisme, a indiqué la présidence.

Au cours de cet entretien, prévu dans l’après-midi, le président Herzog sera accompagné de « représentants de familles d’otages détenus par le Hamas » et « mettra l’accent sur le besoin d’agir pour combattre l’antisémitisme croissant en ligne », ont indiqué ses services dans un communiqué.

Des organisations juives ont fait état d’une hausse des actes antisémites dans différents pays depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien.

La Maison Blanche a accusé la semaine dernière Elon Musk d’avoir fait une « promotion abjecte de la haine antisémite et raciste » dans l’une de ses publications sur son réseau social X, anciennement Twitter.

Le milliardaire avait répondu au propriétaire d’un compte, qui avait écrit que les personnes juives encourageaient la « haine contre les Blancs », par ce message: « Tu as dit l’exacte vérité ».

Pour la Maison Blanche, cette publication ne fait que répéter une théorie du complot populaire parmi les nationalistes blancs, selon laquelle les juifs ont un plan secret pour favoriser l’immigration clandestine dans les pays occidentaux afin d’y saper la majorité blanche.

En septembre, soit avant la guerre entre Israël et le Hamas, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait rencontré Elon Musk à San Francisco et échangé en direct sur la plateforme de celui qui est aussi le patron des géants Tesla et SpaceX.

« J’espère que vous allez trouver la capacité de mettre fin à l’antisémitisme (sur X) ou de le faire reculer autant que possible », dans les limites de la liberté d’expression, avait dit M. Netanyahu au président de X.

La presse israélienne a fait état dimanche soir d’une possible rencontre entre Elon Musk et M. Netanyahu, ce qui n’a toutefois pas été confirmé tôt lundi par le bureau du Premier ministre.

Israël « discute » de la liste des otages qui devraient être libérés

Le Bureau du Premier ministre déclare que des « discussions » sont en cours concernant la liste des otages de Gaza devant être libérés aujourd’hui, reçue pendant la nuit et en cours d' »évaluation ».

« Des informations supplémentaires seront communiquées dès que possible », indique le bureau du Premier ministre au nom de Gal Hirsch, le coordinateur gouvernemental pour les otages.

On ignore actuellement sur quoi portent les discussions et si Israël a un problème avec la liste, qui comprendrait, selon les médias, 11 otages. Cela complète la liste des 50 otages devant être libérés lors de la trêve de quatre jours, qui peut encore être prolongée si le Hamas libère des otages supplémentaires.

Israël a reçu la liste des 11 derniers otages qui seront libérés lundi soir

Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge internationale transportant l'otage russo-israélien Roni Krivoi libéré par le Hamas roulant vers le poste-frontière de Rafah avec l'Égypte avant un transfert vers Israël, le 26 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Israël a reçu la liste des 11 derniers otages qui seront libérés aujourd’hui après 52 jours entre les mains de terroristes dans la bande de Gaza, rapportent les médias israéliens.

Selon les médias, les familles n’ont pas encore été informées si leurs proches figurent sur la liste.

Le Hamas a libéré 39 personnes enlevées au cours des trois premiers jours d’un accord de cessez-le-feu temporaire, selon lequel 50 seront relâchées en quatre jours en échange de 150 prisonniers palestiniens. L’accord peut être prolongé d’un jour pour chaque groupe supplémentaire de 10 otages libérés.

Le Hamas a exprimé le souhait de prolonger la trêve, et les parties négocient apparemment une telle extension.

Le pronostic vital d’Elma Avraham toujours engagé

Elma Avraham. (Autorisation)
Elma Avraham. (Autorisation)

Le professeur Moti Klein, responsable de l’unité de traumatologie à l’hôpital Soroka, déclare qu’Elma Avraham, 84 ans, reste « instable » et se bat pour sa vie après avoir été libérée de la captivité à Gaza dans un état grave.

« Encore un jour et nous ne parlerions pas de cette manière », déclare-t-il à la chaîne d’information la Douzième chaîne.

Avraham, héliportée directement de Gaza à Soroka, est inconsciente et sous respirateur, selon Klein. Il précise qu’elle est arrivée à l’hôpital dimanche dans un état de conscience partielle.

Bien qu’il ne puisse pas l’affirmer avec certitude, Klein soupçonne que son état est le résultat de l’absence de médicaments appropriés à Gaza.

La Thaïlande confirme la libération de trois otages de Gaza

Des ressortissants thaïlandais libérés de la captivité à Gaza s'embrassent dans un hôpital en Israël, selon une photo publiée par le gouvernement thaïlandais le 27 novembre 2023. (Autorisation)
Des ressortissants thaïlandais libérés de la captivité à Gaza s'embrassent dans un hôpital en Israël, selon une photo publiée par le gouvernement thaïlandais le 27 novembre 2023. (Autorisation)

Le ministère des Affaires étrangères de la Thaïlande confirme que trois ressortissants détenus en captivité à Gaza ont été libérés.

Des photos montrent le groupe dans un hôpital israélien.

« Le groupe se trouve maintenant dans le centre hospitalier désigné où les responsables de l’ambassade royale de Thaïlande sont présents pour contacter leurs familles », indique le ministère thaïlandais des Affaires étrangères dans un communiqué. « Le ministère des Affaires étrangères félicite chaleureusement les otages récemment libérés et leurs familles et remercie toutes les parties impliquées dans les efforts en vue de cette dernière libération. »

Il précise que des efforts sont en cours pour libérer 15 autres Thaïlandais détenus à Gaza, tandis que 17 ressortissants déjà libérés s’apprêtent à retourner bientôt en Thaïlande.

Les enfants et leurs mères libérées de Gaza sont dans un état stable – hôpital Schneider

Gal et Tal Almog-Goldstein s'amusant avec des jouets sur la base aérienne militaire Hatzerim après leur libération de Gaza, le 26 novembre 2023. (Autorisation)
Gal et Tal Almog-Goldstein s'amusant avec des jouets sur la base aérienne militaire Hatzerim après leur libération de Gaza, le 26 novembre 2023. (Autorisation)

Le 17 otages, dont neuf enfants, qui ont été libérées des geôles du Hamas dans la soirée, ont retrouvé leurs proches et ont été examinées par des médecins.

La directrice de l’hôpital pour enfants Schneider déclare que neuf enfants et les deux mères qui ont été évacuées vers son établissement de Petah Tikva. « L’état de santé des neuf enfants et de leurs mères est stable », annonce docteur Efrat Bron-Harlev. Elle ajoute qu’ils bénéficieront d’évaluations psychologiques.

Parmi les otages figurent quatre membres de la famille Almog-Goldstein : la mère Che et ses enfants Gal, 9 ans, Tal, 11, et  Agam, 17 ans. Leur père, Nadav, et leur grande sœur Yam, ont été tués durant l’assaut du Hamas le 7 octobre.

« La famille Almog-Goldstein est de nouveau parmi nous en Israël », a déclaré la tante des enfants, Inbar Goldstein, à la Douzième chaîne. « Ils vont bien, sont en bonne santé et ils sourient. Ils savent l’énorme tragédie qui s’est abattue sur leur famille en ce fameux Shabbat noir. Ils vont maintenant prendre une énorme inspiration, pour sourire véritable et commencer à recoller les morceaux et à poursuivre la campagne jusqu’à ce que tous les otages soient revenus, en bonne santé. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.