Netanyahu a perdu la confiance du public. Voici comment la regagner
Rechercher
Opinion

Netanyahu a perdu la confiance du public. Voici comment la regagner

Les mesures du gouvernement contre le COVID doivent être justifiées, et explicables, sinon les Israéliens ne les appliqueront pas. Neutraliser la Knesset n'est pas une solution

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

La police utilise un canon à eau lors d'une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 18 juillet 2020. (Oded Balilty / AP)
La police utilise un canon à eau lors d'une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 18 juillet 2020. (Oded Balilty / AP)

Au cours de ses 14 années de mandat, certains Israéliens ont appris à aimer, et d’autres à détester, le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Mais peu de gens doutaient qu’il savait ce qu’il faisait, et que cette compétence de base se reflétait dans les activités des gouvernements qu’il a dirigés.

Cela a changé ces derniers jours, au cours de l’une des périodes les plus difficiles de l’histoire israélienne moderne, lorsque le gouvernement a été chargé de lutter contre une pandémie et ses retombées, notamment l’effondrement sans précédent d’une grande partie de l’économie.

C’est un changement dangereux dans toute démocratie lorsque l’électorat perd confiance dans ses dirigeants, et plus particulièrement dans un pays en guerre comme Israël, où cette confiance est un élément crucial de la résilience nationale, de la volonté d’agir à un coût potentiellement personnel pour le plus grand bien de la nation.

Mais c’est précisément ce à quoi nous assistons actuellement.

Une manifestante fait face à la police lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 18 juillet 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Le nouvel état d’esprit de la foi ébranlée se manifeste sous toutes sortes de formes et dans plusieurs domaines.

L’une d’entre elles, peut-être pas extrêmement importante mais hautement symbolique, a commencé il y a une semaine, immédiatement après que le Premier ministre est apparu à la télévision le 15 juillet pour annoncer qu’il réunissait 6 milliards de NIS (1,5 milliard d’euros) pour des distributions sans distinction de revenus à tous les Israéliens. L’idée n’avait aucun sens : l’objectif déclaré par Netanyahu était de faire sortir l’argent rapidement, afin de relancer l’économie. Mais en promettant de l’argent à tout le monde, il détournait cet objectif, puisque les Israéliens les plus riches ne se précipiteraient pas pour dépenser de l’argent superflu, tandis que les Israéliens les plus pauvres, désespérés de recevoir une aide du gouvernement, seraient désavantagés.

Des manifestants protestent contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant sa résidence officielle à Jérusalem, le 18 juillet 2020. (Olivier Fitoussi / Flash90)

Reconnaissant que le plan était à moitié élaboré, divers groupes et individus se sont unis pour essayer de l’améliorer – afin de mettre en place des mécanismes par lesquels ceux qui n’avaient pas besoin de l’argent en feraient don à ceux qui en avaient besoin, et un grand nombre d’Israéliens se sont engagés à le faire. Mais à ce jour, les dons « immédiats » n’ont abouti à rien.

Tout d’abord, un remaniement ministériel précipité a entraîné l’introduction de certaines limites quant aux personnes qui pourraient recevoir l’argent, les plus riches salariés étant exclus. Puis le gouvernement a rencontré de nouveaux problèmes, découvrant que ses ordinateurs ne peuvent pas facilement distinguer les gros revenus des autres et qu’il ne dispose pas des coordonnées bancaires d’une grande partie de ses citoyens. Aujourd’hui, il est question d’allouer des fonds supplémentaires à ceux qui en ont le plus besoin.

Une trentaine de ministres déconnectés

Les preuves dérangeantes d’un leadership déconnecté de ceux qu’il est censé servir se sont multipliées dès le lendemain. Réunis depuis la fin de la nuit de jeudi dernier jusqu’aux premières heures de vendredi matin, le Premier ministre et ses collègues sont sortis de leur vidéoconférence pour ordonner la fermeture des restaurants du pays jusqu’à nouvel ordre, à l’exception des livraisons et des plats à emporter, à partir de 17 heures vendredi après-midi.

Le premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), préside une réunion d’urgence des ministres de haut rang pour décider des mesures à prendre pour freiner la propagation du coronavirus, le 16 juillet 2020. (Chaim Tzach/GPO)

De toute évidence, personne dans le plus coûteux gouvernement de l’histoire d’Israël n’en savait assez, ou ne s’en souciait assez, pour réaliser que donner seulement 14 heures à l’industrie de la restauration pour fermer était une mesure impossible.

De toute évidence, pas un seul des quelque trente ministres n’a reconnu que les restaurants passent des commandes aux fournisseurs à l’avance, qu’ils reçoivent les livraisons à l’avance, préparent les repas, organisent le personnel, prennent les réservations… que l’ensemble du secteur et sa chaîne d’approvisionnement, déjà malmenés et épuisés par les ravages de la première vague de COVID-19, ne devaient et ne pouvaient pas être tout simplement fermés à tout moment après un décret ministériel.

De toute évidence, personne dans le gouvernement le plus coûteux de l’histoire d’Israël n’en savait assez, ou ne s’en souciait assez, pour réaliser que donner 14 heures à l’industrie de la restauration pour fermer était une mesure impossible à mettre en œuvre

C’est ainsi que les restaurateurs – dont l’industrie emploie directement quelque
200 000 Israéliens et est au cœur de la vie d’un million de personnes – se sont rebellés. Lorsque la nouvelle de la décision leur est parvenue, alors que leur personnel commençait à se préparer pour les services de la journée à venir, beaucoup d’entre eux ont simplement dit : Non, nous n’allons pas obéir. Mettez-nous des amendes. Arrêtez-nous. Faites ce que vous voulez, mais nous ne fermerons pas.

Une heure avant l’entrée en vigueur de la fermeture, alors que de nombreux restaurants respectueux de la loi avaient consciencieusement annulé leurs réservations, renvoyé le personnel chez lui et jeté ou donné de la nourriture, le gouvernement a changé d’avis et a reporté l’ordre de fermeture à mardi matin, causant ainsi de nouveaux dégâts.

Des propriétaires de salles de réception protestent devant la Knesset à Jérusalem pour demander le soutien financier du gouvernement concernant les restrictions imposées à leurs entreprises en raison du coronavirus, le 21 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Et mardi, quelques heures après son entrée en vigueur, la commission Corona de la Knesset, dirigée par une membre du parti du Likud de Netanyahu, l’a de nouveau annulée. Sa présidente, Yifat Shasha-Biton, a sciemment mis son poste en jeu en déclarant qu’elle et ses collègues n’avaient pas vu suffisamment de preuves de contagion dans les restaurants pour justifier une fermeture générale.

Pendant les quelques heures de mardi matin où la consigne était censée entrer en vigueur, la plupart des restaurants l’avaient de toute façon ignorée.

Des travailleurs sociaux protestent contre leurs conditions de travail à Tel Aviv, le 21 juillet 2020. La pancarte dit « Honte ». (Miriam Alster/Flash90)

Descendre dans la rue

Dans ce nouveau climat de perte de confiance dans la compétence du gouvernement et de refus de se plier automatiquement à ses décisions, les grèves se multiplient, y compris celles des travailleurs sociaux et, brièvement, des infirmières, dont les demandes de personnel supplémentaire dans la lutte contre la COVID-19 ont longtemps été ignorées et qui sont maintenant satisfaites tardivement. Et les manifestations se multiplient, et deviennent de plus en plus bruyantes, de jour en jour.

Depuis des années, un petit noyau de manifestants, principalement d’âge moyen et plus âgés, maintient une veille près de la résidence du Premier ministre, exigeant la démission d’abord de Netanyahu, le présumé suspect de corruption, puis de Netanyahu, le leader inculpé, et maintenant de Netanyahu, le Premier ministre en procès. Personne ne leur a accordé trop d’attention.

Des manifestants protestent contre Benjamin Netanyahu devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 21 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Mais ces dernières semaines, et surtout ces derniers jours, une poignée d’Israéliens aigris a grossi les rangs et a largement éclipsé les manifestants des anciens – y compris des entrepreneurs indépendants, des propriétaires de petites entreprises, l’industrie de la restauration, l’industrie du divertissement, la gauche, les électeurs déclarés du Likud, et autres – qui souffrent de la crise économique et se plaignent que le gouvernement ne les aide pas.

Les plans se succèdent, mais les subventions accordées aux Israéliens qui ont soigneusement payé leurs impôts et leurs cotisations à l’assurance nationale au fil des ans et qui ont maintenant besoin d’une aide urgente en retour, se sont révélées misérables ou n’ont pas abouti du tout.

Des milliers de manifestants protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la Knesset à Jérusalem le 21 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90 )

Plus récemment, des étudiants et d’autres jeunes Israéliens ont commencé à dominer les manifestations – que ce soit avec des griefs spécifiques ou en se défoulant au milieu des restrictions liées au virus qui, autrement, empêchent la plupart des rassemblements.

Samedi soir, des milliers de personnes ont défilé dans les quartiers adjacents à la résidence du Premier ministre. Ils se sont rendus à la Knesset tard mardi soir, où une étudiante a fait les gros titres en posant seins nus sur une sculpture représentant une ménorah, où un policier a fait les gros titres en maîtrisant un manifestant avec son genou, et où plus de 30 personnes ont été arrêtées. Certains manifestaient encore jeudi matin, essayant de bloquer les entrées du Parlement.

Un officier de police israélien met son genou sur le coup d’un manifestant pour procéder à son arrestation lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, devant sa résidence à Jérusalem, le 22 juillet 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

Les Israéliens sont compétents et perspicaces. Nous avons vu avec l’arrivée du COVID-19 que le gouvernement – en particulier Netanyahu – a reconnu le danger de la pandémie, et s’est attaché à la contrer. La politique n’était pas parfaite – l’aéroport n’était pas correctement fermé aux arrivées des épicentres du virus ; la communication avec la communauté ultra-orthodoxe était mauvaise. Mais, dans l’ensemble, le processus décisionnel a été efficace, et le public a donc fait ce qu’on lui demandait de faire.

Le moyen de regagner la confiance du public, et donc de le préparer à se conformer aux restrictions, ne consiste pas simplement à imposer des règlements, mais à informer et à expliquer

Ce n’est plus le cas désormais. L’incompétence est évidente pour tous. Les ministres et les membres de la coalition se chamaillent ouvertement, avec un basculement en début de semaine lorsque le ministre des Finances (Israel Katz) et le président de la coalition (Miki Zohar), tous deux membres du Likud, ont commencé à se lancer des insultes personnelles lors d’une réunion de commission. Les professionnels de la santé ont démissionné de postes opérationnels et consultatifs clés, se plaignant de ne pas être écoutés. L’infatigable Netanyahu semble avoir été distrait de manière inhabituelle, à la fois par son plan apparemment bloqué de commencer l’annexion du territoire de la Cisjordanie le 1er juillet et, naturellement, par son procès.

Et maintenant, lui et ses partenaires de la coalition Kakhol lavan jouent à nouveau, de manière déplorable, à des jeux électoraux.

Rétablir la confiance

La marche arrière – le moyen de regagner la confiance du public, et donc de le rendre enclin à respecter les restrictions – ne consiste pas seulement à imposer des règlements, mais à informer et à expliquer.

La commission Corona de la Knesset – chargée de superviser les décisions ministérielles – a annulé les fermetures de restaurants mardi car, selon Mme Shasha-Biton, les données fournies par le ministère de la Santé sur les sources de contagion du COVID-19 ne justifiaient tout simplement pas les conséquences économiques catastrophiques. La veille, pour des raisons similaires, elle avait annulé une décision ministérielle de fermer toutes les plages chaque week-end – un décret qu’elle disait incompréhensible et que le gouvernement a reconnu tardivement qu’il ne pouvait pas justifier.

En réponse au revirement concernant les restaurants, le ministre de la Santé Yuli Edelstein a déclaré que la commission était « puérile », tandis que le président de la coalition Zohar a critiqué le fait que Shasha-Biton était « tombée dans un piège tendu par l’opposition ». Netanyahu aurait voulu la limoger, mais la législation adoptée à la hâte par la Knesset mercredi est allée beaucoup plus loin : La loi baptisée « Grande loi sur le coronavirus » neutralise sa commission à partir du 10 août, répartit un pouvoir de contrôle plus limité entre quatre autres commissions et donne au gouvernement de plus grands pouvoirs pour imposer de manière autoritaire plus de décrets du type de ceux qui se sont avérés si peu réfléchis et controversés ces derniers jours.

La députée du Likud Yifat Shasha-Biton lors d’une cérémonie de passation de pouvoir au ministère du Logement et de la Construction à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Photo par Olivier Fitoussi/Flash90)

Les données rendues publiques sur la propagation du COVID-19 sont en effet partielles et inadéquates, comme il est apparu clairement lorsque la commission Corona a accueilli dimanche le directeur adjoint du ministère de la Santé, Itamar Grotto, pour essayer de donner un sens à tout cela. Et Shasha-Biton, une rebelle des plus improbables, était manifestement malheureuse de se retrouver à annuler les décisions et les ordres de son propre gouvernement. Mais comme elle l’a dit : « La commission ne peut pas voter sur quelque chose que nous ne pouvons pas expliquer au public ».

C’est une position que le gouvernement Netanyahu devrait adopter de toute urgence. Plutôt que de broyer des dissidents concernés et bien intentionnés avec une dérision arrogante et une législation précipitée, il doit faire un effort concerté pour expliquer ses décisions au public. Et s’il ne dispose pas des informations nécessaires, il devrait reconnaître que cela indique des problèmes plus profonds dans la gestion de la pandémie – des problèmes que le coordinateur du coronavirus nouvellement nommé va, espérons-le, résoudre immédiatement. Le gouvernement doit s’assurer qu’il sait ce qu’il fait. En ce moment, le public, à juste titre, doute que ce soit le cas.

Israël est actuellement dirigé par une coalition d’urgence autoproclamée, établie avec l’impératif spécifique de combattre la COVID-19. Mais le gouvernement ne peut pas gouverner par décret – même en cas de pandémie. Ou plutôt, et surtout, au milieu d’une pandémie, lorsque la confiance du public et, par conséquent, sa volonté de coopérer, sont vitales pour protéger l’économie du pays, sa santé et sa résilience.

Des manifestants protestent contre Benjamin Netanyahu devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 21 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

___

Une version antérieure de ce billet a été envoyée mercredi dans le courriel de mise à jour hebdomadaire du « ToI » aux membres de la communauté du « Times of Israel ». Pour recevoir ces éditoriaux au fur et à mesure de leur parution, rejoignez la communauté du « ToI » ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...